Tapez pour rechercher

Q&UNE Temps de lecture: 6 minutes

Contexte et communauté: Développer un programme de santé sexuelle et reproductive

Un programme complet d'éducation à la SSR en Haïti s'attaque aux inégalités de genre

Se soucier 2 Communautés (C2C) a développé un programme complet d'éducation à la santé sexuelle et reproductive qui est adapté à son contexte communautaire en Haïti. Cet entretien avec le directeur général de C2C Racha Yehia par le coordinateur du développement Amanda Fata souligne pourquoi et comment C2C a développé le programme, et comment il contribue à la vision de C2C.

“Filles en Haïti, comme dans de nombreux endroits dans le monde, ne sont pas habilités à prendre des décisions concernant leur santé sexuelle ou à s'approprier leur propre corps. Je crois que cette iniquité systémique entre les sexes a entraîné de nombreux problèmes dans le pays.” - Racha Yehia

Amanda Fata, interviewer: Que fait C2C et quel est votre rôle au sein de l'organisation?

Racha Yehia: Se soucier 2 Communautés (C2C) est une organisation à but non lucratif qui exploite un réseau de cliniques de soins primaires dans le nord d'Haïti. Le C2C est différent des modèles d'aide traditionnels pour deux raisons principales:

  1. Nous avons un partenariat public-privé avec le gouvernement haïtien, plutôt que de construire de nouvelles cliniques, nous travaillons avec le ministère de la Santé pour réhabiliter les cliniques publiques existantes. Cette approche améliore la qualité des services de soins primaires offerts et augmente l'accès aux soins pour les personnes pauvres et à faible revenu, donner aux familles les moyens de mener une vie plus saine.
  2. Nous avons un modèle de soins de santé communautaire d'entreprise sociale qui donne des résultats aux communautés sous-financées. Nous fournissons de haute qualité, abordable, des soins centrés sur le patient à travers sept cliniques qui fonctionnent comme des entreprises sociales. Heures supplémentaires, ils commencent à se soutenir financièrement, veiller à ce que les gens obtiennent les soins de santé dont ils ont besoin aujourd'hui et à perpétuité.

J'ai commencé à C2C en 2017 en tant que coordonnateur des opérations de la clinique et a été promu directeur des opérations en 2018. Cette dernière année, J'ai été choisi pour diriger C2C directement depuis le terrain ici en Haïti en tant que directeur général. Je vis et travaille en Haïti depuis plus de six ans. Je suis venu ici pour travailler au renforcement du système de santé et j'ai décidé de faire d'Haïti ma maison. Mon mari est originaire d'Haïti et nous avons une petite fille que nous élevons ici. J'ai un fort attachement à Haïti dans ma vie personnelle et professionnelle.

Les membres du personnel de C2C présentent le programme de SSR dans une clinique de la communauté Sinek dans le nord d'Haïti. Crédit d'image: Se soucier 2 Communautés
Les membres du personnel de C2C présentent le programme complet de santé sexuelle et reproductive dans une clinique de la communauté Sinek dans le nord d'Haïti. Crédit d'image: Se soucier 2 Communautés

Pourquoi C2C a-t-il choisi de concevoir son propre cours complet d'éducation à la santé sexuelle et reproductive? Pourquoi maintenant?

Filles en Haïti, comme dans de nombreux endroits dans le monde, ne sont pas habilités à prendre des décisions concernant leur santé sexuelle ou à s'approprier leur propre corps. Je crois que cette inégalité systémique entre les sexes a conduit à de nombreux problèmes dans le pays. Il est bien connu que les grossesses non désirées précoces sont liées à la pauvreté. Chez C2C, 15% des patientes de notre programme de santé maternelle sont sous 18. Je vois des filles venir pour des visites prénatales qui sont 18 ou 19 et dans leur quatrième grossesse, avec des enfants de partenaires différents. Non seulement ces filles ne terminent pas leurs études, ils ne peuvent pas subvenir aux besoins de leur famille. Nous le constatons également à travers notre programme de malnutrition infantile, où les mêmes filles reviennent souvent avec leurs enfants qui souffrent médicalement parce qu'ils ont un poids insuffisant et ne reçoivent pas la nutrition appropriée. Nous les aidons en leur donnant un complément nutritionnel pour l'enfant et en profitons pour éduquer la mère sur les aliments sains et nutritifs. Nous offrons ces services pour traiter ces problèmes, mais notre objectif primordial est de s'attaquer aux causes profondes de ces problèmes. Une éducation complète en matière de santé sexuelle et reproductive semblait être le meilleur point de départ naturel et.

« Nous offrons ces services pour traiter ces problèmes, mais notre objectif primordial est de s'attaquer aux causes profondes de ces problèmes. Une éducation complète en matière de santé sexuelle et reproductive semblait être le meilleur endroit pour commencer.

Nous avons choisi de concevoir notre propre programme, travailler avec un psychologue haïtien-américain avec des années d'expérience en Haïti, parce que nous voulions adapter le cours au contexte dans lequel nous travaillons. Il existe de nombreux mythes et idées fausses qui prévalent en Haïti en matière de sexe, par exemple, si tu fais l'amour dans l'océan, tu ne peux pas tomber enceinte; si tu bois une bière après le sexe, tu ne tomberas pas enceinte; si vous avez des relations sexuelles avec une personne handicapée, tu deviendras riche. Ces mythes sont nocifs et favorisent des comportements sexuels à risque qui nuisent aux filles et aux autres.

Nous avons également estimé qu'il était important d'impliquer les filles de manière à les intéresser et à les enthousiasmer pour cette information., afin qu'ils puissent utiliser leurs connaissances et les appliquer à leur vie et les partager avec les autres également. Il y a une section du cours qui parle de Rabòday, un genre musical populaire en Haïti avec des paroles très dégradantes envers les femmes. Dans cette section, nous regardons quelques paroles et discutons de thèmes communs, comment les hommes et les femmes sont décrits dans les chansons, quels stéréotypes ce genre véhicule, et le type de dangers qu'il perpétue. J'espère qu'en apprenant comment le sexisme joue dans toutes les facettes de leur vie, ils en prendront plus conscience et travailleront pour le changer, en commençant par leur propre vie et les choix qu'ils font.

Comment avez-vous créé le cours? Quelles ont été les étapes entre le moment où vous avez eu l'idée et la mise en œuvre du cours?

Nous voulions démarrer ce projet depuis plusieurs années, nous avons donc eu pas mal de temps pour réfléchir à quoi ressemblerait le cours et quels seraient nos objectifs. Dans 2020, nous avons eu la chance d'obtenir un financement de Together Women Rise (anciennement connu sous le nom de Dining for Women) et la conservation, Food and Health Foundation pour en faire une réalité. Avant d'aller plus loin, nous avons interrogé les membres de la communauté, y compris les parents, pour avoir leur avis sur le cours et répondre à leurs préoccupations. Nous étions heureux de constater que tout le monde acceptait et soutenait le projet.

Nous voulions vraiment créer notre propre programme spécialement adapté aux filles de nos communautés., les obstacles auxquels ils sont confrontés en matière de santé reproductive, et leurs intérêts. Nous avons fait circuler une offre d'emploi pour un rédacteur de programme et avons eu la chance de travailler avec le Dr. Elisabeth Louis. Nous avons eu une si bonne expérience avec Dr. Louis que nous lui avons demandé de rejoindre notre conseil d'administration. Nous avons également embauché une infirmière et une travailleuse sociale pour donner le cours, car nous pensions qu'il était important que de jeunes femmes professionnelles enseignent en équipe pour que les jeunes femmes se sentent à l'aise avec le matériel et pour répondre à toutes les questions que les étudiants pourraient avoir.

« Nous voulions vraiment créer notre propre programme d'études spécialement adapté aux filles de nos communautés., les obstacles auxquels ils sont confrontés en matière de santé reproductive, et leurs intérêts.

Nous avons ensuite fait connaître le programme dans et autour de nos cliniques et par l'intermédiaire de nos agents de santé communautaires.. Une fois que toutes les places de participants ont été remplies, nous avons organisé une séance d'éducation pour les parents des filles afin qu'ils puissent en savoir plus sur le programme scolaire pour poser des questions et faire part de leurs préoccupations. Après ça, il était temps de lancer le cours.

Q: Quelle a été la réponse de la communauté? Y a-t-il des éléments du cours qui abordent les défis spécifiques à la communauté?

Avant de commencer tout nouveau programme, nous apportons d'abord l'idée à la communauté. Pour ce cours, nous avons réalisé une étude de faisabilité et interrogé de nombreux dirigeants communautaires, des représentants du gouvernement, pasteurs, enseignants, parents, et notre propre personnel. Les réponses ont été extrêmement positives, même de l'église, qui est très influent en Haïti. Alors que beaucoup peuvent avoir des valeurs traditionnelles, ils voient les conséquences négatives que le manque d'éducation sexuelle a sur les femmes dans leur vie. Ils étaient impatients de nous voir commencer le programme. Beaucoup de personnes à qui nous avons parlé voulaient éduquer leurs enfants sur ces sujets, mais ils ne savaient pas comment et beaucoup n'avaient pas cette connaissance eux-mêmes.

« Alors que beaucoup peuvent détenir des valeurs traditionnelles, ils voient les conséquences négatives que le manque d'éducation sexuelle complète a sur les femmes dans leur vie … Beaucoup de personnes à qui nous avons parlé voulaient éduquer leurs enfants sur ces sujets, mais ils ne savaient pas comment et beaucoup n'avaient pas eux-mêmes cette connaissance.

Q: Qu'espérez-vous finalement accomplir avec ce cours? Quelle est votre vision?

J'ai de grands projets pour ce cours. Nous sommes actuellement dans notre phase pilote: une cohorte de 20 âge des filles 13-18 inscrits à un cours de 20 semaines dans six de nos cliniques. Une fois ce cours terminé, nous le répéterons encore pour un autre groupe de filles. L'année prochaine, nous adapterons le programme pour les garçons. Nous continuerons à animer les deux sessions du cours pour les filles, mais nous en ferons un séparé pour les garçons aussi. Nous savons qu'il est essentiel d'inclure les garçons dans ces conversations pour aider à façonner leurs connaissances et leurs comportements qui ont un impact direct sur leur santé., la santé de leur partenaire, ainsi que leurs familles. La classe des filles et la classe des garçons seront toujours séparées, pour que tout le monde se sente plus à l'aise pour poser des questions. Pour la troisième année, nous séparerons davantage les classes par âge - une classe pour les filles 10-14 et un autre pour les filles 15-18, et pareil pour les garçons. En quatrième année, Je souhaite piloter le cours dans un lycée local pour voir si nous pouvons l'intégrer dans le cadre d'un programme scolaire, ce qui est du jamais vu en Haïti. Une fois que nous avons plusieurs années de données, nous présenterons le cours au ministère de l'Éducation et j'espère qu'un jour le cours sera enseigné dans les écoles d'Haïti.

Êtes-vous intéressé à en savoir plus sur les programmes de santé sexuelle et reproductive des jeunes? Envisagez de connecter les conversations.

Présentation du programme aux parents de Savanette dans le sud-est d'Haïti. Crédit d'image: Se soucier 2 Communautés
Racha Yehia

Directeur général, Se soucier 2 Communautés

Racha Yehia détient un baccalauréat en sciences de la nutrition avec une mineure en développement international de l'Université McGill à Montréal. Après avoir terminé son diplôme, elle a travaillé sur divers projets de nutrition aux Philippines et au Burkina Faso. Avant de rejoindre C2C, elle a complété un contrat de deux ans avec l'un des partenaires de C2C, Médicaments & Nourriture pour les enfants (MFK) qui produit un aliment thérapeutique prêt à l'emploi (ATPE) lutter contre la malnutrition en Haïti. Pendant son temps avec MFK, elle a dirigé le département de nutrition où elle a aidé plus de 20 des organisations lancent des programmes de malnutrition partout en Haïti. Elle a également facilité le lancement de plusieurs programmes de supplémentation prénatale. Racha est chez C2C depuis plus de quatre ans, aider à étendre notre réseau de 2 à 7 cliniques. Le leadership de Racha dans divers aspects des fonctions C2C telles que la gestion des rénovations, mettre en œuvre de nouveaux systèmes et programmes, formation, et gérer les opérations quotidiennes, a une nette amélioration et une efficacité accrue sur le terrain. Avec sa solide compréhension de la culture et des coutumes haïtiennes ainsi que ses années d'expérience, Racha est en mesure de mieux déterminer ce qui est pratique et faisable en matière de développement international en Haïti.

Amanda Fata

Coordonnateur du développement, Se soucier 2 Communautés

Amanda est diplômée de l'Université Lesley à Cambridge, MA où elle a obtenu un baccalauréat en études mondiales. Pendant ses études, elle a poursuivi ses intérêts dans la santé mondiale et le développement international à travers ses cours ainsi que des stages avec diverses organisations à but non lucratif, dont Kupenda pour les enfants, une organisation qui fournit une intervention médicale, éducation, et plaidoyer pour les enfants handicapés au Kenya. Chez C2C, Amanda supervise la collecte de fonds institutionnelle, se concentrer sur la rédaction de demandes de subvention et les rapports, recherche de prospects, construction de partenariat, et réseautage entre pairs. Son principal objectif de carrière est d'aider à améliorer les résultats de santé des femmes à l'échelle mondiale et elle travaille actuellement dans la recherche à la Division de la santé des femmes au Brigham and Women's Hospital..

Histoires liées

729 vues
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social