Tapez pour rechercher

Lecture rapide Temps de lecture: 5 minutes

AYSRH en Ouganda pendant la pandémie de COVID-19

Assurer la fourniture et l'accès à l'information, prestations de service, et marchandises

La pandémie de COVID-19 a bouleversé les moyens de subsistance des adolescents et des jeunes dans les communautés ougandaises à bien des égards. Avec la première vague de COVID-19 en mars 2020 est venu l'adoption de mesures de confinement, comme la fermeture des écoles, restrictions de mouvement, et l'auto-isolement. Par conséquent, la santé et le bien-être des jeunes, en particulier la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes (AYSRH) en Ouganda, a pris un coup.

Impact de COVID-19 sur l'AYSRH

La recherche suggère que les efforts visant à gérer la pandémie de COVID-19 ont moins mis l'accent sur la fourniture d'autres services essentiels, telles que celles relatives à la SSR d'un individu. La priorisation sélective de certains de ces services laissé les individus, en particulier les adolescents et les jeunes, sans aucun moyen de prendre des décisions éclairées et de maintenir leur santé.

Les adolescents et les jeunes accèdent souvent aux informations relatives à la santé de manière discrète, Comme:

  • Des écoles.
  • Coins jeunesse dans les établissements de santé.
  • Par les pairs éducateurs.

La fermeture de certaines de ces avenues et les restrictions de circulation ont fait que les adolescents et les jeunes ne pouvaient pas utiliser ces services—en plus d'un environnement politique et opérationnel déjà restrictif et non réactif qui comprend:

  • Perceptions négatives sur l'accès aux contraceptifs pour les adolescents et les jeunes.
  • Mauvaise attitude du fournisseur.
  • La moralisation de la santé sexuelle et reproductive (SRH).
  • Inamical et coûts élevés des services.

Ceux-ci entravent considérablement l'amélioration de l'AYSRH en Ouganda.

Agent de santé communautaire lors d'une visite à domicile, fournir des services et des options de planification familiale aux femmes de la communauté. Crédit: Jonathan Torgovnik / Getty Images / Images d'autonomisation.
Agent de santé communautaire lors d'une visite à domicile, fournir des services et des options de planification familiale aux femmes de la communauté. Crédit: Jonathan Torgovnik / Getty Images / Images d'autonomisation.

L'École de santé publique de Makerere a interrogé les impact du COVID-19 sur l'accès aux services de planification familiale et les grossesses non désirées. Il a indiqué que les individus n'ont pas réussi à obtenir et à utiliser les services de planification familiale et d'autres services de santé SSR en raison de:

  • Restrictions de mouvement (9%).
  • Fermeture des établissements de santé (17%).
  • Peur de contracter le virus (49%).
  • La famille ne permettrait pas en raison de COVID-19 (13%).

Pour ces raisons, le taux déjà alarmant de grossesses chez les adolescentes (25%) considérablement augmenté. Autres facteurs catalytiques (adolescentes et jeunes femmes se livrant à des relations sexuelles transactionnelles pour des besoins de base, agression sexuelle, mariage forcé pour des avantages économiques afin d'éviter la pauvreté liée au COVID-19) contribué à l'augmentation. Certaines régions, comme la sous-région Acholi, qui a rapporté plus 17,000 grossesses, enregistré plus d'adolescentes et de jeunes femmes se procurant des avortements. Ces procédures étaient pour la plupart dangereuses. aditionellement, une proportion importante d'adolescents et de garçons ont réévalué leur poursuite de l'école.

La confirmation de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 a apporté une série de mesures de confinement comme celles mises en place lors de la première vague. Ceux-ci sonnent le glas pour les adolescents et les jeunes déjà vulnérables et pourraient dissuader l'Ouganda de progresser vers la réalisation de sa phase de dividende démographique.

« La confirmation de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 a apporté une série de mesures de confinement…Celles-ci sonnent le glas pour les adolescents et les jeunes déjà vulnérables.

le Étude transversale sur les problèmes de santé sexuelle et reproductive chez les jeunes pendant le confinement lié au COVID-19 trouvé ceci 28% des jeunes ont déclaré qu'ils n'avaient pas accès à l'information et/ou à l'éducation concernant la SSR. Plus d'un quart des participants (26.9%) ont signalé que les services de dépistage et de traitement des infections sexuellement transmissibles n'étaient pas disponibles pendant le verrouillage, tandis que 27.2% des répondants n'ont pas pu obtenir de contraceptifs.

Améliorer l'AYSRH en Ouganda dans le contexte de COVID-19

Alors même que le gouvernement affine les mesures pour plafonner la courbe de la pandémie de COVID-19, le ministère de la santé (MS) s'est associé à des partenaires d'exécution dans le domaine de la santé reproductive en Ouganda. Ils ont adopté diverses stratégies innovantes pour la fourniture et l'accès continus aux services et informations de SSR. Celles-ci, s'il est étendu à l'ensemble de l'Ouganda et d'autres pays, pourrait potentiellement lutter contre les effets de COVID-19 sur l'AYSRH et récupérer les gains enregistrés au fil des ans.

  • Adoption de lignes directrices et de cadres pour guider la prestation de services dans le contexte de la COVID-19: La Division de la santé des adolescents du ministère de la Santé a collaboré avec les principales parties prenantes et partenaires de mise en œuvre. Ils ont élaboré et adopté des lignes directrices pour la continuité de la prestation de services de SSR pour les adolescents et les jeunes dans le contexte de COVID-19.

Propositions de lignes directrices (Cliquez pour agrandir)

  • L'utilisation de la technologie pour partager des informations sur les services et les points d'accès de SDSR disponibles.
  • Conseils sur le partage/le transfert des tâches dans les établissements de santé.
  • Directives sur les interventions de prestation de services de santé.
  • Interventions de leadership.
  • Stratégies pour des interventions de financement durable.
  • Interventions sur les infrastructures et la sécurité des produits de base.
  • Utilisation des outils numériques: Avec des fermetures d'écoles et des restrictions de mouvement, la plupart des adolescents et des jeunes ont utilisé des outils numériques/plateformes en ligne plus que d'habitude pour l'apprentissage scolaire, activités sociales, et informations générales. Les partenaires en Ouganda ont profité de cette opportunité pour partager des informations sur la SSR, fournir des conseils, et lier les utilisateurs aux pharmacies en ligne.

Exemples d'outils et de plateformes (Cliquez pour agrandir)

  • *284*15#—Code USSD qui facilite l'accès aux informations sur la SDSR par texte.
  • Ligne sans frais Salt Helpline.
  • Applications téléphoniques comme Sauti Plus.
  • Chaînes de télévision dédiées comme Sauti TV ainsi que les plateformes de médias sociaux.
  • Soins auto-administrés: Le maintien de la santé et la prévention des maladies pendant le verrouillage ont obligé les individus à se fier à leurs capacités. Ils ont utilisé les informations et les produits de santé mis à leur disposition, avec une interaction limitée avec le système de santé.

Interventions d'autosoins pour la SDSR popularisées par le MS et les partenaires (Cliquez pour agrandir)

  • Auto-dépistage du VIH.
  • Contraceptifs auto-injectables.
  • Utilisation d'outils et de plates-formes d'activation, comme les pharmacies en ligne.
  • Encouragement de l'approvisionnement sur plusieurs mois de certains soins auto-administrés produits de base.
  • Tirer parti de la portée et des plateformes du secteur privé: Le Ministère de la Santé, en collaboration avec les partenaires de développement et de mise en œuvre, opportunités identifiées au sein du secteur privé pour continuer à fournir des services de SSR. L'une des entreprises privées identifiées était Safe Boda, une entreprise de transport de motos avec une portée massive dans la zone métropolitaine de Kampala et les villes voisines. La société de transport utilise une application numérique pour coordonner les enlèvements et les dépôts des clients. Il a été mis à jour pour inclure une boutique en ligne pour faciliter l'achat et la livraison en ligne de produits de santé reproductive.

Produits de santé reproductive de la boutique en ligne (Cliquez pour agrandir)

  • Préservatifs.
  • Pilules contraceptives.
  • kits de dépistage du VIH.
  • Kits de test de grossesse.
  • Maman Kits (kits de livraison propres).

Cette innovation a permis aux particuliers, y compris les adolescents et les jeunes, accéder aux produits dans le confort de leur foyer. Des interventions similaires comprenaient l'utilisation de Boda Bodas commerciales régulières (motocyclistes) distribuer des produits de santé reproductive dans les pharmacies et les pharmacies (chimistes) aux clients.

  • Changement socio-comportemental — intégration de la messagerie COVID-19 et SDSR: Le MS et les équipes de santé de district ont collaboré avec des partenaires pour concevoir et intégrer des messages ciblés sur la SSR. Ces parties prenantes ont utilisé les mêmes canaux de communication pour partager des informations sur le COVID-19 et la SSR. Certains partenaires ont travaillé avec les groupes de travail COVID-19 au niveau du district et ont aidé l'équipe à embaucher des mégaphones pour partager les informations COVID-19 entre les communautés, encourageant les individus à rechercher des services et des informations de SSR. La région métropolitaine de Kampala a vu la collaboration entre l'autorité de la capitale pour concevoir et partager des messages via des camionnettes multimédias mobiles, surtout dans les communautés urbaines pauvres. Les partenaires ont également veillé à l'inclusion de pairs et de jeunes leaders au sein de ces équipes de tâches pour soutenir les réponses aux problèmes des adolescents et des jeunes. les besoins des jeunes.
  • Superposition de la prestation de services et exploitation des structures existantes: Le MS et ses partenaires ont utilisé les structures de prestation de services de santé déjà existantes. Ils ont utilisé des points de service communautaire pour les soins et la vaccination contre le VIH/SIDA pour étendre les services de SSR pour les individus, y compris les adolescents et les jeunes.
Phoebe Awuco (Orange & Haut blanc), une mobilisatrice communautaire et chef du Self Help Women Group Alita Kole, chez elle avec ses petits-enfants orphelins. Crédit: Jonathan Torgovnik / Getty Images / Images d'autonomisation.
Phoebe Awuco (Orange & Haut blanc), une mobilisatrice communautaire et chef du Self Help Women Group Alita Kole, chez elle avec ses petits-enfants orphelins. Crédit: Jonathan Torgovnik / Getty Images / Images d'autonomisation.

Regarder vers l'avenir dans la nouvelle normalité

Le Ministère de la Santé, partenaires de développement et de mise en œuvre, chefs culturels et religieux, parents, et personnes de la communauté recommandées:

  • Accélérer la finalisation et la diffusion d'une stratégie de continuité pour la fourniture d'informations et de services de SDSR aux adolescents et aux jeunes, encourageant ainsi la priorisation des besoins de cette population unique.
  • Les partenaires assurent la continuité dans la fourniture d'informations et de services de SSR pour les adolescents et les jeunes en tant qu'effort complémentaire aux programmes du MS.
  • Les OSC/groupes de travail fournissent des articles d'EPI à leurs pairs dans la communauté pour les protéger de contracter COVID-19 pendant qu'ils effectuent les visites porte-à-porte pour identifier et soutenir les réponses aux besoins de SSR.
  • Inclure des jeunes dans le groupe de travail COVID-19 et dans l'équipe d'agents de santé villageoise, faciliter une focalisation ciblée sur les adolescents et les jeunes.
  • Consultation des organisations et mouvements d'adolescents, les jeunes, femmes et filles, et les jeunes vivant en situation de vulnérabilité de manière régulière et inclusive pour garantir des considérations tout au long de la création de réponses COVID-19 adaptées.
  • Investir des fonds pour faciliter la mise à l'échelle des innovations qui ont donné le plus de résultats pour atteindre les adolescents et les jeunes et les soutenir pendant les fermetures, tout en étant attentif aux innovations telles que les plateformes numériques et technologiques qui sont susceptibles de provoquer des inégalités.

Le gouvernement devrait intégrer la SSR dans le COVID-19 et la réponse d'urgence. Pour atténuer les mauvais résultats de SSR en raison du verrouillage de la pandémie, il doit être reconnu comme un service essentiel. Ceci est essentiel pour les adolescents et les jeunes (en particulier les jeunes femmes et les filles à faible revenu) qui sont majoritairement défavorisés.

AYSRH en Ouganda pendant la pandémie de COVID-19
Précieux Mutoru, MPH

Coordinatrice Plaidoyer & Partenariats, Population Services International

Precious est un professionnel de la santé publique et un ardent défenseur de la santé et du bien-être des communautés à travers le monde, avec un vif intérêt pour la santé sexuelle et reproductive et l'égalité des genres. Avec près de cinq ans d'expérience dans le domaine de la reproduction, santé maternelle et adolescente, Precious est enthousiaste à l'idée d'innover des solutions réalisables et durables aux divers problèmes sociaux et de santé reproductive affectant les communautés en Ouganda, à travers des conceptions de programmes, communication stratégique et plaidoyer politique. Actuellement, elle est coordinatrice du plaidoyer et des partenariats à population Services International – Ouganda, où elle collabore avec des partenaires à tous les niveaux pour poursuivre des objectifs qui feront la promotion du programme de planification familiale et de santé reproductive au sens large en Ouganda. Precious souscrit à l'école de pensée qui insiste sur le fait que l'amélioration de la santé et du bien-être des populations en Ouganda et dans le monde. aditionellement, elle est une ancienne du Global Health Corps, un champion des autosoins pour la santé sexuelle et reproductive et la gestion des connaissances en Ouganda. Elle est titulaire d'un MSc. en santé publique de l'Université de Newcastle – Royaume-Uni.

Dr. Ben Kibirige

Responsable plaidoyer, Fondation pour l'engagement masculin Ouganda

Dr. Kibirige est médecin de profession, militante des droits des femmes, droits à la santé sexuelle et reproductive (SDSR) consultant, et maître formateur accrédité par Makerere School of Public Health. Il a plus de quatre ans d'expérience dans la défense des programmes liés à la planification familiale et de la prestation de services de SDSR inclusifs à tous les jeunes.. Il milite également pour l'égalité des sexes, les droits des femmes, and quality and affordable health care for young girls and women through meaningful youth participation in national development processes.​ Dr. Kibirige est actuellement le secrétaire général du mouvement local SHE DECIDES en Ouganda et le représentant suppléant du comité directeur pour Men Engage Network en Ouganda.. Il est co-fondateur du Centre for Young Mothers' Voices, une ONG locale qui milite pour la réadaptation et la réinsertion des mères adolescentes dans la vie sociale ordinaire.

tonny muzira

Chargée de plaidoyer et partenariats, Fondation pour l'engagement masculin Ouganda

Tonny est responsable du plaidoyer et des partenariats à la Foundation for Male Engagement Uganda. Il est praticien de la santé publique et de la santé et des droits sexuels et reproductifs (SDSR) spécialiste avec sept ans d'expérience dans la conception et la mise en œuvre de SDSR parmi les jeunes en Ouganda. Il est l'actuel président du mouvement Youth4UHC en Afrique ainsi que membre du groupe de travail technique de l'UNFPA Youth sur la population., SDSR, et le changement climatique. Tonny est un ancien coordinateur national de l'International Youth Alliance for Family Planning (IYAFP) en Ouganda.

Norah Nakyegera

Chargée de plaidoyer et de campagne, Forum ougandais sur la santé des jeunes et des adolescents (UYAHF)

Norah Nakyegera est une militante des droits des femmes qui s'engage à défendre et à promouvoir les droits de santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes.. Norah a plus de deux ans d'expérience dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes (AYSRH) mise en œuvre du programme, recherche, and advocacy.​ She strongly advocates for gender equality, les droits des femmes, des soins de santé de qualité et abordables pour les jeunes filles et les femmes, and the meaningful participation of young people in the national development processes.​ Currently, elle est responsable du plaidoyer et des campagnes au Forum ougandais sur la santé des jeunes et des adolescents. Son objectif ultime est de créer un mouvement populaire qui comprend et valorise les droits de l'homme et assume la responsabilité de respecter, défendre, and promoting human rights.​ She is also a member of the Global Shapers Community (une initiative du Forum économique mondial), où les jeunes sont au cœur de la construction de solutions, élaboration de politiques, et changement durable.

Alex Omari

Officier KM Afrique de l'Est, SUCCÈS DES CONNAISSANCES, Amref Health Afrique

Alex est le spécialiste technique de la planification familiale et de la santé de la reproduction à l’Institut de développement des capacités Amref Health Africa. Il travaille comme agent régional de gestion des connaissances (Afrique de l'Est) pour le projet Knowledge SUCCESS. Alex a fini 8 années d’expérience en santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes (AYSRH) conception de programme, la mise en oeuvre, recherche, et plaidoyer. Il est actuellement membre du groupe de travail technique pour le programme AYSRH au ministère de la Santé au Kenya. Alex est membre élu de la Royal Society for Public Health (FRSPH) et un ancien coordonnateur de pays au Kenya pour l'Alliance internationale de la jeunesse pour la planification familiale (IYAFP). Il détient un baccalauréat en sciences (Santé de la population) et une maîtrise en santé publique (La santé reproductive) de l'Université Kenyatta, Kenya. Il poursuit actuellement sa deuxième maîtrise en politique publique à la School of Government and Public Policy (SGPP) en Indonésie où il est également chercheur en santé publique et en rédaction de politiques de santé et contributeur au site Web du Strategic Review Journal.

Sarah Kosgei

Responsable Réseaux et Partenariats, Amref Health Afrique

Sarah est la responsable des réseaux et des partenariats à l'Institute of Capacity Development. Elle a fini 10 années d’expérience dans la direction de programmes multi-pays visant à renforcer la capacité du système de santé pour une santé durable dans l’Est, Central, et Afrique australe. Elle fait également partie du secrétariat du Women in Global Health - Africa Hub domicilié à Amref Health Africa, une section régionale qui fournit une plate-forme pour les discussions et un espace de collaboration pour un leadership transformateur de genre en Afrique. Sarah est également membre de la couverture maladie universelle (UHC) Ressources humaines pour la santé (HRH) sous-comité au Kenya. Elle possède des diplômes en santé publique et une maîtrise exécutive en administration des affaires (Santé globale, Leadership et gestion). Sarah est une ardente défenseure des soins de santé primaires et de l'égalité des sexes en Afrique subsaharienne.

Irène Alenga

Responsable de la gestion des connaissances et de l'engagement communautaire, Accélérateur de plaidoyer

Irene est une économiste sociale établie avec plus de 13 années d'expérience dans la recherche, analyse de politique, Gestion des connaissances, et engagement de partenariat. En tant que chercheur, elle a participé à la coordination et à la mise en œuvre de plus de 20 projets de recherche en économie sociale dans diverses disciplines au sein de la région de l'Afrique de l'Est. Dans son travail en tant que consultante en gestion des connaissances, Irene a participé à des études liées à la santé en travaillant avec des institutions de santé publique et de technologie en Tanzanie, Kenya, l'Ouganda et le Malawi, où elle a réussi à découvrir des histoires d'impact et à accroître la visibilité des interventions du projet. Son expertise dans l'élaboration et l'accompagnement des processus de gestion, leçons apprises, et les meilleures pratiques sont illustrées dans le processus triennal de gestion du changement organisationnel et de clôture de projet de l'USAID| DELIVER et systèmes de gestion de la chaîne d'approvisionnement (SCMS) 10-projet d'un an en Tanzanie. Dans la pratique émergente du Human Centered Design, Irene a facilité avec succès une expérience produit positive de bout en bout en menant des études d'expérience utilisateur tout en mettant en œuvre l'USAID| Projet DREAMS parmi les adolescentes et les jeunes femmes (AGYW) au Kenya, Ouganda, et Tanzanie. Irene connaît bien la mobilisation des ressources et la gestion des donateurs, surtout avec l'USAID, DFID, et moi.

Histoires liées

626 vues
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social