Tapez pour rechercher

Temps de lecture: 7 minutes

Les chefs religieux: Alliés pour le bien-être des jeunes et des femmes

Ce webinaire a mis en évidence le rôle des chefs religieux en tant qu'alliés importants dans la promotion de normes sociales positives pour la santé reproductive et le bien-être des jeunes et des femmes, ainsi que l'importance des partenariats et des coalitions dans la construction d'un dialogue communautaire transformateur pour un changement positif. Il était co-organisé par le Projet Passages (Institut pour la santé de la reproduction, Université de Georgetown) et le projet PACE (Bureau de référence démographique).

Ce billet de blog a été initialement publié en français. Pour lire la version française, cliquez ici.

Bienvenue et présentation

Regarde maintenant: 00:00

Peter Munène, directeur exécutif de Réseau foi en action, accueilli les participants et partagé les trois objectifs du webinaire:

  • Comprendre l'importance des chefs religieux dans les interventions visant à changer les normes sociales et les comportements en matière de santé reproductive.
  • Comprendre les différentes approches de partenariat avec les chefs religieux.
  • Mettre en évidence les enseignements tirés d'exemples concrets de partenariat avec des chefs religieux.

Pourquoi engager les chefs religieux à changer les normes?

Regarde maintenant: 3:53

[Courtney McLarnon-Silk, Chargé de programme principal à l'Institute for Reproductive Health de l'Université de Georgetown]

Cette discussion s'est concentrée sur la manière dont les chefs religieux et les communautés peuvent soutenir l'évolution des normes pour de meilleurs résultats en matière de santé. Les normes sociales influencent ce que nous faisons et comment nous le faisons. Ils sont appliqués par le “groupes de référence” à qui nous nous tournons pour obtenir des conseils. Dans de nombreux contextes, les chefs religieux et les communautés peuvent être nos groupes de référence. Les organisations confessionnelles ont un large éventail de programmes de santé, mais il y a peu de preuves de la valeur ajoutée par leur implication. L'implication des chefs religieux a été documentée plus fréquemment récemment, mais il est difficile de démontrer à quel point le changement positif peut être attribué à leurs actions. Cette analyse offre l'occasion d'approfondir la discussion sur la manière de les impliquer, leur donner les moyens de promouvoir des valeurs telles que l'égalité et l'équité et de travailler avec leurs vastes réseaux pour transformer les normes sociales.

Masculinité, Famille, et Foi: S'associer aux chefs religieux pour transformer les normes sociales

Regarde maintenant: 8:55

[Dr. Samuel Byringiro, bébé aimé, et Olivier Bizimania, Tearfund]

Masculinité, Famille, et Foi (CFP) est une intervention confessionnelle axée sur le changement des normes sociales. Il engage les chefs religieux et les communautés à travers des ateliers participatifs et de réflexion et des discussions en petits groupes avec des couples de jeunes mariés et de nouveaux parents pour aborder les normes de genre inéquitables sous-jacentes afin de réduire la violence domestique et d'augmenter l'utilisation de la planification familiale.. Il s'agit d'une adaptation de Tearfund “Transformer les masculinités” intervention, initialement piloté et testé à Kinshasa, RDC, en partenariat avec l'Institut de santé reproductive de l'Université de Georgetown et l'Église du Christ au Congo, dans le cadre du projet Passages financé par l'USAID.

AMU s'est associée à Passages through MFF pour aborder efficacement la planification familiale avec plus d'une centaine d'églises qu'elle travaille au Rwanda. Bien qu'il y ait eu quelques inquiétudes initiales au sujet des chefs religieux discutant de la planification familiale, AMU a été surpris de voir les chefs religieux devenir de fervents défenseurs après les ateliers du CFP. Après la formation, deux d'entre eux sont venus à la clinique pour obtenir des informations et des méthodes pour leur propre usage. Cet engagement à mettre la formation en pratique a été perçu très positivement par leurs congrégations. L'engagement positif des chefs religieux avec la planification familiale a permis pour la première fois de discuter ouvertement du sujet dans les congrégations et de parler de l'importance de la planification familiale sur la base des besoins évidents des congrégations. La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la forte incidence de la violence domestique et la nécessité de la planification familiale pour garantir que les enfants et les familles sont bien pris en charge. En termes de durabilité, les chefs religieux se sont appropriés le projet et ont fait des plans avec les chefs confessionnels pour continuer à animer des ateliers et des discussions en petits groupes.

"Les chefs religieux: Alliés pour le bien-être des jeunes et des femmes »

Regarde maintenant: 24:06 et 39:23

[Hadja Mariama Sow, Membre du CRSD, et Aly Kébé, Jeune chef]

Ce premier panel a directement abordé l'engagement des chefs religieux dans les questions de santé reproductive et les stratégies d'information, la communication, et collaboration avec les communautés pour promouvoir leur bien-être. En fondant leurs arguments sur les conseils trouvés dans les textes religieux, les chefs religieux, notamment ceux du CRSD au Sénégal et leurs pairs en Guinée, Mali, et Mauritanie, communiquer à travers des instruments multimédias, comme la vidéo “Rien n’est tabou” (Rien n'est tabou) et “Sénégal ENGAGE: Religion et santé familiale,” pour toucher plus de monde. Ces outils permettent également de toucher un large public sur la position de la religion islamique, spécifiquement sur l'utilisation de la contraception moderne par les couples mariés pour espacer les naissances et les dommages causés par les mutilations génitales féminines (MGF) à la santé des jeunes filles et des mères.

[Aliou Diop, Président de l'AGD, et Awa Sédou Traoré]

La contribution de la société civile à cette discussion est significative. Dans ce panel composé de leaders de la société civile, notamment Aliou Diop, un journaliste spécialisé en santé reproductive, et Awa Sédou Traoré, leur rôle de coordination et d'information a été discuté. L'association AGD coordonne la task force mise en place en Mauritanie, qui comprend:

  • Les chefs religieux.
  • les jeunes (membres d'associations de jeunes dans leurs communautés).
  • Des représentants du gouvernement.
  • Partenaires techniques et financiers.

Le groupe de travail a identifié les questions de MGF et l'utilisation de la contraception moderne pour espacer les naissances comme très importantes en Mauritanie, selon les statistiques nationales. AGD dirige le processus de création de la production multimédia, “Leaders religieux et jeunes engagés pour l’abandon des mutilations génitales féminines et l’espacement des naissances,» qui aidera à transmettre les messages clés identifiés par le groupe de travail aux chefs religieux et aux jeunes. Par conséquent, la collaboration des femmes et des hommes dans les médias spécialisés en santé reproductive est particulièrement propice à toucher davantage de communautés.

“Terikunda Jekulu: Engager les imams différemment à travers l'approche des réseaux sociaux pour briser les barrières socio-normatives liées à la planification familiale”

Regarde maintenant: 55:54

[Mariam Diakité, Université IRH de Georgetown]

Cette présentation s'est concentrée sur une nouvelle façon d'engager les imams à travers le Terikunda Jékulu (JT) approche de réseau social pour briser les barrières socio-normatives à la planification familiale. La présentation a mis en évidence le contexte de l'approche, dans laquelle il y a un taux élevé de besoins non satisfaits en matière de planification familiale et un faible taux d'utilisation des méthodes contraceptives modernes en Afrique de l'Ouest, notamment au Bénin et au Mali. Il a été constaté que le besoin non satisfait de planification familiale est souvent lié à des facteurs socioculturels. Par exemple, les décisions concernant la fertilité et l'utilisation de contraceptifs sont rarement individuelles; plutôt, ils sont influencés par les normes sociales. Donc, dans toute intervention, il est important de cibler le milieu social et pas seulement l'individu. Puisque 2016, l'approche TJ a été financée par l'USAID, piloté au Bénin par l'Institut de Santé de la Reproduction, en partenariat avec Care et Plan International. Actuellement, cette approche est en train d'être étendue au Mali.

Conclusions et recommandations des présentateurs

Regarde maintenant: 1:27:23

Il est important de mettre l'accent sur la collaboration entre les jeunes et les chefs religieux, entre différentes confessions religieuses, soutenir la communication intergénérationnelle, et encourager la participation des chefs traditionnels au dialogue communautaire. Si les chefs religieux informent et sensibilisent aux positions énoncées dans les textes sacrés sur l'utilisation de la contraception par les couples et la pratique des MGF, alors les chefs traditionnels peuvent faire de même avec des pratiques culturelles positives, tels que ceux qui favorisent le bien-être et l'épanouissement de la mère et de l'enfant grâce à l'espacement des naissances, masculinité positive dans la relation de couple, et des initiatives culturelles innovantes.

Le partage d'expériences réussies entre les pays et les différents acteurs de terrain est l'un des moyens d'obtenir rapidement des changements dans les normes sociales. Au-delà des paramètres tels que les webinaires et les ateliers, il est nécessaire d'établir, mise en réseau active entre acteurs de différents pays, et à l'intérieur des pays, faciliter la mise à l'échelle des pratiques à fort impact dans les communautés.

Il semblerait qu'il y ait un manque de preuves sur la contribution des chefs religieux à l'amélioration de la vie de leurs communautés. Il y a des témoignages et des histoires de vie, mais il est encore difficile de traduire ces résultats positifs en données pour informer et guider les décideurs, mener un plaidoyer pour obtenir des ressources supplémentaires, et faire changer les choses chez ceux qui restent réticents. Les données indiquent également que grâce à leur participation, les jeunes contribuent à un changement positif, et comment ils le font. Pour que le travail ait un impact durable, il faut renforcer le dialogue entre les chefs religieux et les jeunes, pour aider les jeunes à transmettre des messages clés aux décideurs politiques. Il est également nécessaire d'identifier et de soutenir les pratiques culturelles qui modifient positivement les normes sociales. finalement, tous les acteurs doivent renforcer leur collaboration et communiquer les progrès étayés par des preuves pour influencer les décisions publiques, Stratégies, et programmes.

Q&UNE

Regarde maintenant: 1:08:08

Comment les chefs religieux peuvent-ils améliorer l'accès des jeunes aux services de santé reproductive/planification familiale (informations et accès à l'utilisation)?

Réponse de Hadja Mariama Sow

En Guinée, un groupe de jeunes a été impliqué dans toutes les activités du CRSD. Ils ont eu l'occasion de travailler avec le ministère de la Santé, jeunesse, et chefs religieux chrétiens sur les questions de santé reproductive/planification familiale. En fonction de leurs domaines d'expertise respectifs, ces différents acteurs apportent aux jeunes toutes les informations dont ils ont besoin. Les chefs religieux ont également aidé ce groupe de jeunes à éduquer leurs pairs sur l'utilisation de la planification familiale au début de leur vie conjugale.. Nous encourageons cette approche car il y a souvent plus de confiance entre les jeunes car ils partagent les mêmes problèmes. finalement, nous avons voulu impliquer les chefs traditionnels dans notre démarche. Ils disposent également d'informations pertinentes qui peuvent contribuer à améliorer la santé humaine. Par conséquent, c'est une approche globale qui s'appuie sur la participation de toutes les parties intéressées.

La réponse d'Aliou Diop

Au-delà de la participation des chefs religieux, il y a un autre aspect à considérer. Alors que certains dirigeants ont compris l'importance d'utiliser la planification familiale pour la santé et le bien-être de la mère et de l'enfant, d'autres ont encore besoin d'être éduqués. Souvent, nos actions sont perçues comme faisant partie d'un programme externe. Il est important de lever ces préjugés et d'aligner le discours sur les enseignements religieux qui promeuvent effectivement l'espacement des naissances. Ce que la religion islamique interdit, c'est le contrôle des naissances. Espacement des naissances, pourtant, est bénéfique, et la religion est pour la protection de la santé de la mère et de l'enfant. Il est important que chacun comprenne ce message pour établir une relation de confiance. Une fois que les chefs religieux sont conscients de ces concepts, ils pourront jouer pleinement leur rôle dans le combat que nous menons.

Réponse d'Olivier Bizimina

Nous avons d'abord contacté les leaders qui avaient de l'influence dans la communauté pour diffuser le message. Pour obtenir leur soutien, nous avons partagé des histoires de personnes qui ont vécu les conséquences des pratiques néfastes des grossesses rapprochées. Alors, ils ont été en contact avec des personnes qui ont souffert et ont compris le mal qui peut résulter du non recours à la planification familiale. C'était touchant. Nous avons également travaillé avec des théologiens pour démystifier ce qui se trouve dans les textes sacrés. Cela aide à réduire les interprétations erronées et les préjugés et les encourage à considérer notre contexte. Sur cette base, il est devenu plus facile de travailler avec les chefs religieux.

Oumou Keïta

Agent principal de programme, PRB Afrique de l'Ouest et du Centre

Titulaire d'un MBA en Economie de la Santé du CESAG de Dakar et d'un Master en Santé Publique de l'Université de Bordeaux IV, elle s'engage à garantir l'accès à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité pour tous dans tous les contextes. Elle a une expertise particulière dans le développement et l'évaluation de programmes stratégiques sur les questions de santé reproductive (santé maternelle et néonatale, planning familial, santé reproductive des adolescents). finalement, elle travaille sur la production de données à travers le chiffrage des programmes et les dossiers d'investissement pour soutenir le plaidoyer et la communication avec les décideurs publics et autres acteurs du développement. Oumou est présentement étudiante au doctorat à l'École de santé publique de l'Université de Montréal. Ses recherches portent sur les défis et opportunités en termes de gouvernance et de financement durable de l'introduction de l'auto-prise en charge dans les soins de santé primaires au Sénégal..

Courtney McLarnon-Silk

Agent principal de programme, Genre et santé de l'Université de Georgetown

Courtney McLarnon-Silk est agente principale de programme à l'Université de Georgetown & Volet Santé du Centre de Développement de l'Enfant et de l'Homme, et apporte 10 années d'expérience en recherche, programmes, surveillance & évaluation, et le renforcement des capacités en CSC et en santé mondiale.

Mariam Diakité

Conseiller technique régional, Afrique francophone en recherche & MLE, IRH de Georgetown

Mariam Diakité est malienne, travaillant en tant que conseiller technique régional pour l'Afrique francophone en recherche et MLE à l'Institute for Reproductive Health de l'Université de Georgetown et à l'Université de Californie, San Diego. Son travail est axé sur l'intervention de changement des normes sociales et de genre pour la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes., ainsi que d'autres populations vulnérables.

Francesca Quirke

Responsable du programme d'interventions SGBV, Tearfund

Francesca Quirke est responsable du programme d'interventions SGBV de Tearfund, responsable de la mise à l'échelle, l'apprentissage et l'adaptation des interventions confessionnelles de Tearfund pour prévenir et répondre à la violence sexuelle et sexiste: Transformer les masculinités et cheminer vers la guérison. Francesca fait partie de l'unité mondiale Genre et protection et est au Royaume-Uni. Francesca est titulaire d'une maîtrise en genre et développement international de la London School of Economics et soutient le travail de Tearfund sur le genre depuis la dernière 6 années, en particulier dans le cadre du projet Passages financé par l'USAID sur la mise à l'échelle des interventions de changement des normes.

4 Actions 10.8K vues
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social