Tapez pour rechercher

En profondeur Temps de lecture: 12 minutes

résumer: Répondre aux besoins des femmes et des filles autochtones en matière de SDSR

Mesurer la santé et les droits sexuels et reproductifs dans un contexte mondial


Plus tôt cette année, Communautés, Alliances & Réseaux (RCAA) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) IBP Network s'est associé à un séries de sept webinaires sur l'avancement du DSSR des femmes autochtones vivant avec le VIH. Chaque webinaire comportait des discussions riches, mettant en évidence les plans nationaux et le statut des femmes autochtones vivant avec le VIH et d'autres infections sexuellement transmissibles dans chaque pays.

Avez-vous manqué l'un ou l'ensemble de ces sept webinaires? C'est maintenant votre chance de vous rattraper! Au dessous de, nous avons fourni un récapitulatif du webinaire de chaque pays, avec des citations en surbrillance et des liens vers des segments spécifiques.

Les Communautés, Alliances & Réseaux (RCAA) Initiative de recherche

Les Communautés, Alliances & Réseaux (RCAA) a été établi en 1997 et est une plateforme cruciale pour les Autochtones vivant avec le VIH et d'autres infections sexuellement transmissibles.

Dans 2017, l'Organisation mondiale de la santé a publié un directive consolidée sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) des femmes vivant avec le VIH. Utilisation de cette ligne directrice, Le RCAS a conçu un projet de recherche de cinq ans. Son objectif était d'examiner les preuves qui mettaient en évidence l'accès inéquitable à des services de santé de qualité pour les femmes autochtones. Vivre avec le VIH, elles sont extrêmement vulnérables à la violence sexiste et aux violations des DSSR.

En savoir plus sur le projet de recherche

Le but du projet de recherche, appelé Mesurer la santé et les droits sexuels et reproductifs: Répondre aux besoins des femmes et des filles autochtones dans un contexte mondial— est de développer un cadre autochtone qui favorise et améliore le bien-être. Grâce à des revues de cadrage, discussions de groupe, et sondages, le projet vise à créer un espace dédié aux femmes autochtones, boîte à outils culturellement appropriée sur les SDSR. Le projet est mis en œuvre simultanément aux côtés d'organisations autochtones locales dans sept pays, comprenant:

  • Canada.
  • Guatemala.
  • Inde.
  • Népal.
  • Nouvelle-Zélande.
  • Nigeria.
  • Pérou.

Le projet a trois objectifs spécifiques:

  1. Meilleure compréhension des obstacles affectant la collecte de données, une analyse, utilisation, et communications liées à la SDSR des femmes et des filles autochtones vivre avec le VIH.
  2. Augmentation des partenariats pour éclairer les programmes de soins de SDSR, Planification, et l'apprentissage.
  3. Capacité accrue des futurs chercheurs autochtones et alliés, professionnels de la société civile, et les dirigeants nationaux pour recueillir, analyser, communiquer, et utiliser efficacement les données.

En mars et avril de 2022, RCAA et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) IBP Network a collaboré à un série de sept webinaires (un par pays). Chaque webinaire inclus:

  • Présentation du projet de recherche.
  • Conférenciers autochtones en vedette qui ont présenté des défis et des opportunités spécifiques au contexte pour faire progresser la SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH.
  • Une discussion sur les moyens de mettre en œuvre les lignes directrices pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH.

Chaque webinaire était unique, avec des conférenciers mettant en lumière les plans nationaux, le statut des femmes autochtones vivant avec le VIH dans le pays en question, et échanges riches.

Introduction à l'Initiative de recherche du RCAS

Chaque webinaire commençait par une introduction à l'initiative de recherche du RCAS par le Dr. Patricia Mahécha, responsable de la recherche mondiale, ou Carrie Martin, Coordonnatrice de la recherche sur les femmes autochtones au RCAS, et le principal utilisateur des connaissances désigné pour le projet.

Points forts

« Tout au long de ce projet, Le savoir autochtone sera intégré dès la conception, développement, dissémination, et évaluation, et nous travaillerons pour défendre les principes d'équité, égalité des sexes, et le développement durable auprès de toutes les populations avec lesquelles nous interagirons. Donc, il est primordial que les cérémonies autochtones et les activités traditionnelles soient honorées tout au long du projet pour aider à guider des relations sûres et saines.

Dr. Patricia Mahécha, Responsable de la recherche mondiale
  • Le RCAS met en œuvre un projet de recherche de cinq ans pour développer un cadre autochtone qui favorise et améliore le bien-être. Le projet vise à renforcer un réseau mondial tout en renforçant les capacités locales dans des domaines fondés sur des données probantes et culturellement pertinents. SDSR.
  • Le projet centre les femmes et les filles autochtones. Cela garantit qu'ils disposent des connaissances nécessaires pour prendre les meilleures décisions concernant leur vie sexuelle et reproductive. Ils cherchent également à améliorer la capacité des femmes et des filles autochtones à participer à tous les niveaux de recherche tout en renforçant les partenariats mondiaux autochtones et alliés..
  • Les questions de recherche du projet sont:
    • Quels sont les problèmes culturels et structurels sous-jacents auxquels les femmes et les filles autochtones sont confrontées pour accéder à des DSSR sûres et efficaces ??
    • Quelles sont les opportunités culturelles et structurelles qui pourraient accroître l'accès des femmes et des filles autochtones à des DSSR sûres et efficaces ??
    • Quels sont appropriés, des solutions adaptées à la culture pour faire progresser la SDSR des femmes et des filles autochtones?
    • Comment renforçons-nous la capacité des hommes autochtones à plaider en faveur de l'optimisation des SDSR des femmes et des filles autochtones?
  • L’objectif global de l’équipe est de développer un cadre autochtone qui favorise et améliore le bien-être. Il envisage d'enquêter:
    • Obstacles sous-jacents à la SDSR.
    • Développer des solutions culturellement informées.
    • Encadrer et former des femmes autochtones.
    • Soutenir le renforcement des capacités des hommes et des garçons autochtones auto-identifiés en tant que défenseurs et agents de changement pour la SDSR.
  • Les activités et livrables du projet comprennent:
    • Un examen de la portée spécifique à la SDSR chez les femmes autochtones vivant avec le VIH.
    • Discussions de groupe.
    • Une enquête administrée par des femmes autochtones vivant avec, ou impacté par, VIH.
    • Une boîte à outils adaptée aux autochtones sur la SDSR pour les femmes autochtones vivant avec le VIH.
    • Une évaluation de l'impact du projet et de la boîte à outils.

Écoutez un enregistrement de ce segment du premier webinaire (Inde):

Aperçu des directives de l'OMS sur la SDSR des femmes vivant avec le VIH

Chaque webinaire comprenait également un aperçu des directives de l'OMS sur la SDSR des femmes vivant avec le VIH par le Dr. Rodolfo Gomez, conseiller régional pour la santé sexuelle et reproductive Organisation panaméricaine de la santé (OPS), ou Manjulaa Narasimhan, scientifique au Département de la santé et de la recherche sexuelles et reproductives de l'OMS.

Points forts

"Tout d'abord, cette ligne directrice a adopté une approche centrée sur les besoins et les droits des femmes, filles, et les personnes de diverses identités de genre vivant avec le VIH. Il les considère comme des participants actifs ainsi que des bénéficiaires de systèmes de santé de confiance qui peuvent répondre à leurs besoins, à leurs droits, à leurs préférences de manière holistique. Cette ligne directrice met l'accent sur la promotion de l'égalité des sexes comme élément central de la réalisation de leurs SDSR.

Manjulaa Narasimhan, Scientifique au Département Santé et recherche sexuelles et reproductives de l'OMS
  • L'OMS a publié le directive consolidée sur la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes vivant avec le VIH dans 2017. Il est le résultat d'un large processus de consultation, impliquant de nombreux pays, régional, et des experts mondiaux, y compris des individus et des réseaux de personnes vivant avec le VIH (ainsi que des femmes autochtones vivant avec le VIH).
  • Cette ligne directrice a été élaborée parce que, dans de nombreux contextes, les femmes vivant avec le VIH n'ont pas un accès équitable à des services de santé de bonne qualité. Ils sont confrontés à des formes multiples et croisées de stigmatisation et de discrimination.
  • La directive est destinée à aider les pays à surveiller plus efficacement les programmes et les services. Cela garantit qu'ils sont appropriés pour les femmes vivant avec le VIH.
  • La ligne directrice est fondée sur les principes directeurs suivants: approches centrées sur les femmes, droits humains, égalité des sexes, engagement communautaire significatif, et santé et bien-être.
  • Le développement a commencé par une enquête mondiale, qui a été menée par et pour les femmes vivant avec le VIH. Il a évalué leurs priorités en amont des groupes de travail d'experts.
  • La nécessité de soins de qualité et respectueux au sein des établissements de santé a été soulignée et les recommandations soutiennent un environnement propice sûr et favorable. La mise en œuvre efficace de la directive doit être adaptée au contexte, répondre aux besoins des collectivités locales.
  • L'approche participative utilisée dans la directive a conduit à la création d'un groupe consultatif OMS de femmes vivant avec le VIH. Il comprend une représentation des communautés autochtones.

Écoutez un enregistrement de ce segment du premier webinaire (Inde):

Canada

Santé et droits sexuels et reproductifs des femmes autochtones, Filles, et communautés de genres divers vivant avec le VIH au Canada

Points forts

« Nous avons des compétences à transmettre. Ne pensez pas que vous n'êtes pas digne d'occuper ces postes. Parce que nous devons être en ordre pour que le travail soit fait de manière appropriée pour vraiment appliquer ces directives.

Claudette Cardinal (nom traditionnel Wâpakwaniy), Associé de recherche par les pairs autochtones au British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS

Le webinaire a eu lieu en mars 25, 2022, et inclus ce qui suit:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Introduction Sugandhi del Canto, co-fondateur de la City Center Food Cooperative 0:00–0:54
Bienvenue Dopler pointu, Aîné 0:54–6:15
Plan d'action national sur la SDSR des femmes vivant avec le VIH au Canada Angela Kaida, Professeur agrégé et Chaire de recherche du Canada à l'Université Simon Fraser

Jasmin Cotnam, Coordinatrice de projet au Women's College Research Institute et assistante sociale à Elevate NWO

30:25–40:50
Statistiques sur les femmes autochtones vivant avec le VIH tirées de l'Étude de cohorte canadienne sur la santé sexuelle et reproductive des femmes vivant avec le VIH (CHIWOS) Laura Warren, Coordonnatrice de la recherche Women's College Hospital 41:50–49:12
Mon histoire Claudette Cardinal (nom traditionnel Wâpakwaniy), Associé de recherche par les pairs autochtones au British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS 49:12– 57:20
Défis & Opportunités pour faire progresser la SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH au niveau local et comment opérationnaliser la directive pour soutenir la SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH Renée Masching, Directeur de la Recherche, RCAA 57:35-1:19:24
Discussion Sugandhi del Canto, co-fondateur, Coopérative alimentaire du centre-ville et animatrice 1:19:30-1:33:20
Fermeture Dopler pointu, aîné 1:33:23-1:35:43

Faits saillants de la discussion

Si quelqu'un au [SIDA international] conférence vous a demandé quels sont les trois principaux problèmes liés au VIH chez les femmes autochtones au Canada, que leur diriez-vous?

  • « Parler de SDSR et faire valoir les droits des femmes d'être des êtres entièrement et pleinement sexuels et d'avoir ce respect… » —Renée Masching
  • « Je veux lancer un appel pour nous tous sur tout ce qu'il y a à apprendre et à tirer profit de la compréhension des approches et des modes de connaissance autochtones.. La recherche en tant que cérémonie est transformatrice pour nous tous engagés dans la recherche dans le domaine du VIH et j'espère vraiment que c'est quelque chose qui émerge du sida 2022 à Montreal." —Angela Kaida
  • "L'implication des femmes à la table est au premier plan. Nous devons être dans tous les petits coins et recoins pour que ce travail soit représenté de la bonne manière. —Claudette Cardinal
  • "L'importance de la recherche continue. Pour nous à l'OMS, nous dépendons du fait que les choses doivent être basées sur des preuves… que cela soit publié et disponible pour les autres continue d'être si important. —Manjulaa Narasimhan

Guatemala

Aperçu des droits sexuels et reproductifs du point de vue des communautés autochtones au Guatemala

Points forts

« Il est important de garantir que les programmes gouvernementaux, des plans, et les politiques ont une forte participation communautaire. Consulter les communautés. Consulter les femmes autochtones. Demandez-leur quels sont leurs principaux besoins afin d'y répondre.

Dora Alonso, Maya Kiché, Président de l'organisation autochtone Naleb' et Activiste sur les SDSR chez les femmes autochtones

Ce webinaire a eu lieu en mars 17, 2022. Il a été mené en espagnol et comprenait les éléments suivants:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Bienvenue José Yac, directeur, Association IDÉE

0:00–2:00
Invocation Maria Graciela Velasquez Chuc, Association des sages-femmes du leader communautaire de l'Ouest 2:00–6:17
Approche du cadre institutionnel de l'État du Guatemala Marcela Pérez, directeur, Cellule Interculturalité du Ministère de la Santé 35:04–49:05
Approches de la clinique ICA sur la SDSR et le VIH à l'IDEI Juana López, Éducateur sur le VIH, Association IDÉE 50:00-1:00:50
Comment opérationnaliser les lignes directrices pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH Dora Alonso, Maya Kiché, président de l'organisation indigène Naleb’ et militante sur les SDSR chez les femmes autochtones 1:01:22-1:16:24
Discussion Dali Ange, responsable du programme Jeunesse autochtone et ODD, Fonds pour le développement des peuples autochtones d'Amérique latine et des Caraïbes (FILAC)

Patricia Rodríguez, Dali Ange

1:17:27-1:24:00, 1:24:47-1:27:31
Fermeture José Yac, directeur, Association IDÉE

Maria Graciela Velasquez Chuc, Association des sages-femmes du leader communautaire de l'Ouest

1:27:31-1:28:30

1:28:35-1:32:21

Inde

Santé et droits sexuels et reproductifs des femmes autochtones, Filles, et communautés de genres divers vivant avec le VIH en Inde

Points forts

"Alors que nous concevons des lignes directrices et que nous les mettons en œuvre, nous devons nous assurer que les gens le trouvent suffisamment attrayant pour se rendre à un [service de livraison] place. Et cela ne se produit que lorsque nous avons un système équitable, qui ne juge pas, et totalement exempt de tout parti pris.

GS. Shreenivas, Directeur technique, UW I-TECH Inde

Le webinaire a eu lieu en mars 10, 2022. Il comprenait ce qui suit:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Ouverture Sanjeeta Gawri, gestionnaire chez Sexual Reproductive Health Matters (SRHM) et un conseiller, Groupe d'action rurale de Maldhari (TÉMOIGNAGE) 0:00–04:13
Accueil par le chef spirituel Deepa Pawar, formateur et membre, L'équipe Anubhuti 4:13–30:20
Défis & Opportunités pour faire progresser la SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH au niveau local GS Shreenivas, directeur technique, UW I-TECH Inde 31:45–47:45
Comment opérationnaliser les lignes directrices pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH [Présenté en hindi] Munni Kumari, activiste et membre, Jawala Shakti Samuh 48:50-1:15:12
Discussion Sanjeeta Gawri, gestionnaire, SRHM et conseiller, TÉMOIGNAGE 1:15:15-1:27:12
Fermeture Nisha Rani, coordinateur, TÉMOIGNAGE 1:28:15-1:30:45

Faits saillants de la discussion

De nombreuses organisations confessionnelles ne sont pas pro-femmes et [avoir leur] propres préjugés. Quel serait le facteur le plus influent pour briser ces biais?

"Ce n'est pas que nous ayons trouvé l'un de nos partenaires qui sont des organisations confessionnelles de quelque manière que ce soit biaisé en termes de genre. Mais l'un des plus gros problèmes survient lorsque les questions de morale [viens] dans … ce que nous faisons, c'est que nous leur offrons un bouquet de choix: Soit ils parlent simplement d'approches préventives, soit ils agissent en tant que points de prestation de services secondaires, soit ils agissent en tant que conseillers… nous leur disons, « Vous décidez ce que votre congrégation aime faire » et vous leur donnez ensuite le choix de faire avancer les choses. » —GS. Shreenivas

Népal

Santé et droits sexuels et reproductifs des femmes autochtones, Filles, et communautés de genres divers vivant avec le VIH au Népal

Points forts

"C'est maintenant le bon moment pour travailler sur cette question... nous devons nous concentrer sur la réduction de l'impuissance et de la discrimination dues à cette inattention dans nos politiques publiques... nous devons surmonter les défis."

Bhagwan Aryal, Professeur adjoint d'éducation à la santé, Université Tribhuvan, Katmandou

Le webinaire a eu lieu en avril 4, 2022. Il comprenait ce qui suit:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Bienvenue Anup Adhikari, coordinateur de la recherche, SURUWAT

0:00-1:37
Accueil par un Aîné Yogi Adesh, praticienne spirituelle et professeur de yoga

1:37–9:00
Défis & Opportunités pour faire progresser la SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH au niveau local Bhagwan Aryal, maître assistant, Éducation à la santé, Université Tribhuvan, Katmandou 31:40–41:30
État de la santé sexuelle et reproductive des personnes autochtones handicapées Maheshwar Ghimire, trésorier, Fondation népalaise pour le développement de la famille (NFDF)

 

42:00–50:43
Santé maternelle pour les PVVIH autochtones Gyanu Maharjan, Maître de conférences, Hôpital modèle de Katmandou, École d'infirmières

 

51:25–57:48
Comment opérationnaliser les lignes directrices pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH Rajesh Didia, directeur, SURUWAT

 

58:30-1:08:43
Discussion Anup Adhikari, coordinateur de la recherche, SURUWAT 1:08:43-1:22:55
Fermeture Rajan K C, co-chercheur, SURUWAT 1:22:55-1:29:37

Aotearoa/Nouvelle-Zélande

Nous sommes une seule famille: Atteindre une bonne santé et des droits sexuels et reproductifs (SDSR) pour les Maoris vivant avec le VIH et leur Whānau à Aotearoa Nouvelle-Zélande

Points forts

« Mon message primordial est que nous luttons contre la stigmatisation et la discrimination afin que les personnes vivant avec le VIH ne subissent plus la stigmatisation et la discrimination… Il est très désolant et affligeant de penser que peu de choses ont changé dans le monde. 40 années que nous vivons cette pandémie. Que c'est toujours un facteur dans la vie des gens. Voyons ce que nous pouvons faire en tant que puissant consortium de sept pays pour faire tomber certaines de ces barrières. »

Clive Aspin, Doyen associé Māori et maître de conférences en santé à Te Herenga Waka, Université Victoria de Wellington

Ce webinaire a eu lieu en avril 1, 2022. Il comprenait ce qui suit:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Appel (Appel au rassemblement) Milly Stewart, CE et fondateur, Les nuages ​​se lèvent

Alison Vert, professeur, Le tapis de sol

0:00-1:48
Dispositions (Compte rendu) Kévin Haunui, chercheur, Le tapis de sol 1:48–4:33
Bienvenue officielle en Nouvelle-Zélande et à Whakatau Geoff Ruaine, promoteur de la santé, Fondation zélandaise contre le sida, Les nuages ​​se lèvent 4:33-sept:55
Conférence: Aperçu de l'histoire des Maoris vivant avec le VIH et de l'initiative de recherche du RCAS Clive Aspin, doyen associé maori et maître de conférences en santé, Responsabilités liées aux véhicules, Université Victoria de Wellington

 

7:55–13:16
Nous sommes une seule famille (Introduction) Milly Stewart, CE et fondateur, Les nuages ​​se lèvent 29:22–30:40
DSSR des Maoris vivant avec le VIH (PVVIH) et leur Whānau aux niveaux local et national Marguerite Kawana, Les nuages ​​se lèvent

Ben Noir, co-fondateur, Les nuages ​​se lèvent)

Milly Stewart, CE et fondateur, Les nuages ​​se lèvent

Geoff Ruaine, promoteur de la santé, Fondation néo-zélandaise contre le sida, Les nuages ​​se lèvent

30:46-1:00:52

 

Défis & Opportunités: Comment opérationnaliser la ligne directrice pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH au niveau local Jillian Tipène, chercheur et traducteur, Le tapis de sol

Alison Vert, professeur, Le tapis de sol

1:00:52– 1:19:28
Discussion Kévin Haunui, chercheur, Le tapis de sol 1:19:33-1:29:29
Remarques de clôture Milly Stewart, CE & Fondateur de Toitu te Ao

Clive Aspin, Doyen associé Māori et maître de conférences en santé à Te Herenga Waka, Université Victoria de Wellington

Kévin Haunui, Chercheur, Le tapis de sol

1:29:29-1:35:09

Faits saillants de la discussion

Pourquoi est-il important que la voix des Maoris vivant avec le VIH soit non seulement entendue, mais comment la voyez-vous de manière à voir réellement les changements apportés?

  • "[je] pense que l'approche doit venir de ceux qui savent et qui comprennent ceux qui traversent cela… sachant comment ils se sentent. Savoir ce dont ils ont besoin … avoir une approche holistique, une approche culturelle et une compréhension que nous ne traitons pas seulement avec l'individu. —Milly Stewart, CE et fondateur de Toitu te Ao

Les histoires comptent vraiment et nous viennent facilement en tant que Maoris. Comment pouvons-nous faire en sorte que les histoires se produisent également dans les données afin [ils sont] significatif pour les personnes ayant une expérience vécue?

  • "Nous avons besoin des histoires et nous avons aussi besoin des statistiques pour aller de l'avant. Dans nos communautés, les histoires sont un moyen efficace de fournir des informations sur les services qui sont nécessaires. Mais aussi les histoires de réussite… ces histoires sont édifiantes, positif, et très utile. Mais pour les services de santé, nous avons besoin des statistiques sur la santé pour modifier les fonds qui sont alloués et nous avons besoin d'une approche fondée sur les droits. —Alison Green, professeur, Le tapis de sol

Nigeria

Santé et droits sexuels et reproductifs des femmes autochtones, Filles, et communautés de genres divers vivant avec le VIH au Nigeria

Points forts

"Je nous demande gentiment à tous de partager les informations, poster ces informations, et diffuser ces informations à nos communautés et à nos collègues organisations de la société civile. Nous ne nous fatiguerons jamais. On va continuer à en parler. Nous continuerons à le crier. Nous continuerons à mener le plaidoyer partout où il le faut jusqu'à ce que nous ayons mis fin au VIH et au SIDA... Changeons l'histoire. Changeons le récit et laissons-nous tous avoir une vie améliorée.

Walter Ugwuocha, CiSHAN

Ce webinaire a eu lieu en mars 18, 2022, et inclus ce qui suit:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Bienvenue Ogochukwu Iwuora, agent principal de programme, FHI360 0:00–2:17
Bienvenue Dr en chef. Emma Enmuo, vice-président, Conseil parlementaire traditionnel Oru-Nzenino 2:17–8:33
Défis & Opportunités pour faire progresser la SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH au niveau local Dr. Dorcas Magbadelo, Caritas Nigeria et chef d'équipe d'État et commandant des incidents, Réponse ART de l'état delta 30:45–42:43
Comment opérationnaliser les lignes directrices pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH Walter Ugwuocha, CiSHAN 42:43–59:48
Discussion Ogochukwu Iwuora, agent principal de programme, FHI360 1:00:00-1:23:18
Fermeture Onyeka Okafor, chef de la communauté, militant des droits de l'homme, et secrétaire de publicité, Ikenga-Food Development Union

 

1:23:18-1:28:04

"Beaucoup de ces défis existent depuis des décennies. À moins que nous puissions nous réunir collectivement, non seulement pour l'engagement communautaire, mais pour garantir d'autres éléments, comme le budget des organisations dirigées par des femmes, engagement au niveau politique, des informations et des outils fondés sur des preuves sont non seulement mis à disposition, mais nous assurons l'adoption de ces outils - nous ne pourrons pas voir le type de progrès que nous aimerions.

Manjulaa Narasimhan, scientifique au Département de la santé et de la recherche sexuelles et reproductives de l'OMS

Pérou

Droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes, Les filles et la diversité des genres chez les peuples autochtones vivant avec le VIH au Pérou

Points forts

« Les populations autochtones ont des ressources. Ils ne sont pas étrangers à la santé. Ils ne sont pas étrangers à [santé] prestations de service. Il y a de la sagesse, connaissance, pratiques ancestrales, travailleurs du domaine de la santé, et les ressources naturelles..."

Dr. Pilar Montalvo, Agent principal de programme, Parentalité planifiée

Ce webinaire a eu lieu en mars 9, 2022. Il a été mené en espagnol et comprenait les éléments suivants:

Session Conférencier, Titre Lien vers l'enregistrement
Ouverture Eliana James, Fédération nationale des paysans, Artisan, Indigène, Femmes indigènes et salariées du Pérou (FENMUCARINAP)

0:18–4:36
Accueil par le chef spirituel Lourdes Huança, leader national et actuel président, FENMUCARINAP 4:38-sept:25
Défis & Opportunités de promotion des SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH au niveau local Dr. Daniel Aspilcueta, membre de la Direction de la Santé Sexuelle et Reproductive, Ministère péruvien de la Santé 33:35–44:53
Comment opérationnaliser les lignes directrices pour soutenir les SDSR des femmes autochtones vivant avec le VIH Dr. Pilar Montalvo, agent principal de programme, Parentalité planifiée

 

45:00-1:02:28
Discussion & Fermeture Eliana James, FENMUCARINAP 1:02:30-1:21:23

Faits saillants de la discussion

D'après votre expérience, comment appliquons-nous et institutionnalisons-nous des politiques de santé publique culturellement pertinentes ??

  • "Ça demande du dialogue, formation, la création de groupes de travail, et cela demande du temps. —Daniel Aspilcueta, membre de la Direction de la santé sexuelle et reproductive du ministère péruvien de la santé
  • "Tout services de santé, y compris la santé sexuelle et reproductive, doivent être élaborés conjointement à travers des discussions interculturelles, les accords, et des consultations avec la communauté. —Pilar Montalvo, chargée de programme chez Planned Parenthood

Intéressé à récapituler votre webinaire? Lisez nos conseils pour rédiger et partager des récapitulatifs de webinaires sur votre site Web.

Anne Ballard Sara, MPH

Agent principal de programme, Centre Johns Hopkins pour les programmes de communication

Anne Ballard Sara est chargée de programme II au Johns Hopkins Center for Communication Programs, où elle soutient les activités de recherche en gestion des connaissances, programmes de terrain, et communications. Son expérience en santé publique comprend la communication pour le changement de comportement, planning familial, autonomisation des femmes, et recherche. Anne a été bénévole en santé au sein du Peace Corps au Guatemala et détient une maîtrise en santé publique de l'Université George Washington..

Sarah V. Harlan

Chef d'équipe des partenariats, Knowledge SUCCESS, Centre Johns Hopkins pour les programmes de communication

Sarah V. Harlan, MPH, est un champion de la santé reproductive mondiale et de la planification familiale depuis près de deux décennies. Elle est actuellement responsable de l'équipe des partenariats pour le projet Knowledge SUCCESS au Johns Hopkins Center for Communication Programs. Ses intérêts techniques particuliers incluent la population, Santé, et Environnement (PHE) et améliorer l'accès aux méthodes contraceptives à action prolongée. Elle est co-fondatrice de l'initiative de narration Family Planning Voices (2015-2020) et dirige le podcast Inside the FP Story. Elle est également co-auteur de plusieurs guides pratiques, y compris Bâtir de meilleurs programmes: Un guide étape par étape sur l'utilisation de la gestion des connaissances en santé mondiale.

4.3K vues
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social