Tapez pour rechercher

l'audio En profondeur Temps de lecture: 7 minutes

10 ans, 10 leçons : mise en œuvre de la loi sur la santé reproductive aux Philippines


Écoutez cet article

Les défenseurs et les champions de la santé reproductive (SR) aux Philippines ont été confrontés à une dure Bataille de 14 ans contre des groupes puissants et de fortes oppositions pour transformer Loi de 2012 sur la parentalité responsable et la santé reproductive (Loi de la République n° 10354) en une loi historique en décembre 2012. Connue sous le nom de loi sur la santé reproductive, elle offre un accès universel et gratuit aux méthodes contraceptives modernes, rend obligatoire une éducation à la santé reproductive adaptée à l'âge et au développement dans les écoles publiques et reconnaît la droit aux soins après avortement aux Philippines dans le cadre du droit aux soins de santé génésique.

La promulgation, cependant, n'a pas garanti un succès immédiat. La loi a encore dû surmonter des batailles juridiques pendant quatre années supplémentaires (2013 à 2017) - de surmonter les défis sur la constitutionnalité de ordonnances restrictives temporaires sur la contraception utilisation — à ceux qui s'opposaient à la mise en œuvre de ses règles et règlements.

Téléchargez le guide pour mettre en œuvre les lois sur la santé reproductive.  

Le 17 décembre 2022, les champions, défenseurs et autres parties prenantes de la santé reproductive se sont à nouveau réunis pour marquer le 10e anniversaire de la loi sur la santé reproductive. Divers responsables gouvernementaux, législateurs et représentants d'organisations de la société civile se sont souvenus de leurs luttes, réfléchissant aux défis et aux leçons une décennie après la promulgation de la loi et appelant le gouvernement et les partenaires clés à des engagements supplémentaires pour aller de l'avant. Il y a eu des succès notables, le soutien et la demande du public pour la PF/SR restant forts et d'autres projets de loi liés à la PF/SR devenant des lois. Pourtant, des défis subsistent, notamment la baisse des budgets et la recherche de moyens d'intégrer la loi dans les unités gouvernementales locales. Comme l'a dit l'ancien directeur exécutif de la Commission sur la population et le développement (POPCOM), le Dr Juan Antonio Perez III, "Après la première décennie de la loi sur la santé reproductive, il reste encore du travail à faire".

Depuis la promulgation de la loi sur la santé reproductive en 2012, quelles leçons les champions et défenseurs de la santé reproductive ont-ils appris ? Voici 10 leçons tirées de 10 ans de mise en œuvre de la loi sur la santé reproductive aux Philippines.

1. Il ne suffit pas de faire d'un projet de loi sur la santé reproductive une loi, il est important de lui donner du mordant.

Donner du « mordant » à la loi, c'est s'assurer qu'elle dispose de règles d'application claires et d'un budget suffisant pour la faire avancer. Cela signifie également avoir des réunions de surveillance conjointes de diverses agences et parties prenantes pour surveiller en permanence sa mise en œuvre et la mobilisation des ressources.

« Il ne s'agit pas seulement d'élaborer un projet de loi, de le légiférer et de le mettre dans une loi. Ce qui est plus important, c'est de le mettre en œuvre », a souligné l'ancienne secrétaire du ministère de la Santé (DOH) et maintenant représentante du 1er district d'Iloilo, Janette Garin.

2. Une loi sur la santé reproductive n'est rien sans un financement cohérent et adéquat.

Les chefs de gouvernement, tant au niveau national que local, peuvent soutenir verbalement une loi, mais il faut un financement pour sa mise en œuvre. Le gouvernement national doit donner des instructions claires au ministère du Budget ou des Finances pour allouer, sur une base annuelle, un financement adéquat pour la loi et, si possible, créer un plan de mise en œuvre chiffré pluriannuel pour les initiatives de PF/SR. Au niveau du gouvernement local, veiller à ce que la mise en œuvre du programme PF/SR soit incluse dans les plans budgétaires annuels.

Walden Bello, l'un des principaux parrains du projet de loi philippin sur la santé reproductive, a également partagé ses réflexions à ce sujet : "Une étape majeure pour résoudre le problème du financement serait que la mise en œuvre de la loi soit désignée par le Congrès comme une "préoccupation médicale prioritaire", ce qui lui donnerait droit au niveau de financement qu'exige une telle désignation.

3. Dépenser judicieusement le budget alloué à la PF/SR fournit des preuves incontestables pour continuer à financer et à mettre en œuvre la loi.

Dépenser le plus gros pourcentage du budget alloué par le gouvernement à la PF/SR aux services, et non aux coûts administratifs. La plupart du temps, le gouvernement consacre une grande partie du budget de son programme de PF/SR à la formation et aux séminaires et moins à l'achat de produits ou à l'amélioration des services. Les dépenses administratives sont nécessaires, mais un programme de PF/SR ne doit pas être de nature purement administrative car les gens ont également besoin de soutien et de services, qui sont tous deux des composants essentiels.

Selon l'ancien secrétaire du DOH, Garin, "Si le budget est principalement dépensé en frais administratifs et qu'aucun service n'est fourni, ce sera sûrement une grosse pierre contre la loi... J'ai modifié les choses pour que le budget de la santé reproductive soit vraiment dépensé sur les gens. C'est pourquoi, lorsque la loi a été contestée devant la Cour suprême, nous n'avons pas eu de difficulté à montrer que "nous sommes déjà en train d'appliquer la loi qui va réellement transcender les services aux femmes".

The author (Grace Gayoso Pasion) with Congressman Edcel Lagman, one of the primary authors and a staunch advocate of the RH Law in the Philippines. Photo courtesy of Grace Gayoso Pasion.
L'auteur (Grace Gayoso Pasion) avec le membre du Congrès Edcel Lagman, l'un des principaux auteurs et un ardent défenseur de la loi sur la santé reproductive aux Philippines. Photo gracieuseté de Grace Gayoso Pasion.

4. La volonté politique est essentielle et inestimable pour une mise en œuvre réussie.

Aussi cliché que cela puisse paraître, c'est la volonté politique qui pousse les dirigeants gouvernementaux à trouver des moyens de financer et d'accélérer la mise en œuvre au sein de leurs juridictions respectives. La volonté politique pousse les dirigeants à acheter et à distribuer des contraceptifs, à fournir des services complets de PF/SR et à mettre en œuvre des programmes complets d'éducation sexuelle (ESC) malgré l'opposition de groupes anti-SR influents aux niveaux national et local.

« Les gouvernements locaux ont accès aux ressources. C'est vraiment une question de priorisation... Nous avons un très petit budget dans notre ville mais si vous savez que vous devez mettre votre cœur et vos fonds là où ils devraient être, c'est possible », a déclaré le maire de la ville d'Isabela, Djalia Hataman de Basilan, une province à l'extrême sud des Philippines.

Plus important encore, les principales agences d'exécution, telles que le ministère de la Santé, doivent être à l'avant-garde de la volonté politique de plaider en faveur de fonds suffisants, de fournir un soutien et de faire appliquer la loi sur la santé reproductive.

5. Mobiliser les agences gouvernementales les plus pertinentes pour mettre en œuvre la loi.

Cela semble logique et facile à comprendre, mais l'importance de la pertinence est parfois négligée. Au-delà du ministère de la Santé, déterminez quelle agence gouvernementale est la mieux placée pour mettre en œuvre la loi. Engager l'agence axée sur la population et le développement. Impliquer l'agence responsable de l'affectation du budget de la loi SR. Travailler avec le ministère de l'Éducation pour intégrer l'ESC dans le programme de base. Plus important encore, assurez-vous que la loi et ses règles et règlements d'application énoncent clairement les rôles et les responsabilités de ces organismes gouvernementaux concernés.

Various booths manned by several non-government organizations during the RH Law 10th year anniversary event offering different RH products from publications and advocacy stickers to lubricants and condoms. Photo courtesy of Grace Gayoso Pasion.
Divers stands tenus par plusieurs organisations non gouvernementales lors de l'événement du 10e anniversaire de la loi sur la santé reproductive offrant différents produits de santé reproductive, des publications et des autocollants de plaidoyer aux lubrifiants et préservatifs. Photo gracieuseté de Grace Gayoso Pasion.

6. Dans une forme décentralisée de gouvernement, le pouvoir appartient aux dirigeants locaux. Faites-en vos alliés.

La décentralisation du système de santé aux Philippines place le pouvoir et l'argent nécessaires à la mise en œuvre de la loi sur la santé reproductive entre les mains des directeurs généraux locaux. Les défenseurs les ont aidés à devenir des alliés en les soutenant régulièrement et en les éduquant sur la façon dont la priorisation de la PF/SR est une utilisation efficace de ressources rares qui se traduit finalement par des économies de coûts matériels, qui peuvent ensuite être réinvesties dans d'autres secteurs prioritaires.

Comme l'a partagé le maire Hataman : « C'est Likhaan* qui m'a façonné pour que je sois ce que je suis en ce moment. Ils m'ont initié à la santé reproductive et c'est mon expérience de travail sur la SR qui m'a appris à prioriser et à gérer les programmes de PF/SR dans ma ville. » (*Likhaan est une organisation non gouvernementale à but non lucratif aux Philippines créée en 1995 pour répondre aux besoins de santé sexuelle et reproductive des femmes en situation de pauvreté.)

Par conséquent, sa ville est la seule unité gouvernementale locale de la région autonome de Bangsamoro, dans le sud des Philippines, dans la région musulmane de Mindanao (BARMM) qui a réduit ses taux de grossesse chez les adolescentes.

Une autre façon de faire des collectivités locales un allié est de leur faciliter la mise en œuvre de la loi SR et d'intégrer les activités PF/SR dans leurs plans de développement. Comme l'a dit le Comité des législateurs philippins sur la population et le développement (PLCPD), « L'intégration et la rationalisation des activités de santé reproductive dans un ensemble complet de services que les unités gouvernementales locales peuvent adopter… sont cruciales compte tenu de la… décentralisation de la gouvernance. »

7. Éduquer sans relâche les gouvernements nationaux et locaux sur la rentabilité du financement et de la mise en œuvre des initiatives de PF/SR.

Les défenseurs et les champions de la SR doivent continuellement sensibiliser le gouvernement national, en particulier les gestionnaires économiques, à l'idée que la fourniture de services de PF/SR est l'un des moyens les plus efficaces de développer un pays.

Selon le Dr Ernesto Pernia, ancien secrétaire de l'Autorité nationale de développement économique des Philippines (NEDA), le commerce international et la fourniture de services de PF/SR sont les moyens les plus importants de stimuler le développement d'un pays. Cependant, le premier dépend de facteurs externes, tandis que le second est bien sous le contrôle des dirigeants locaux.

En outre, le membre du Congrès Edcel Lagman, l'un des principaux auteurs et ardent défenseur de la loi sur la santé reproductive, a souligné que les défenseurs de la santé reproductive doivent continuellement faire comprendre aux dirigeants gouvernementaux que plus de budget pour la santé reproductive signifie plus d'économies sur les soins de santé : « Nous devrions être en mesure de dire au gouvernement que lorsque nous budgétisons des projets d'infrastructure, les bénéficiaires sont moindres. Nous devrions être en mesure de donner un budget adéquat à RH, qui nécessite un budget moindre, mais a des bénéficiaires illimités… c'est très important pour atteindre un développement humain durable. Le gouvernement ne le voit pas. Je pense que le gouvernement devrait pouvoir le savoir et cela devrait venir pour nous. »

8. Utiliser le sentiment public à son avantage.

Au lieu de simplement se heurter à une opposition inflexible pendant des heures de débats sur l'adoption du projet de loi RH qui se déroule dans la salle plénière du Congrès, les défenseurs ont porté la question au public. Les législateurs et les militants des Philippines se sont réunis et ont appris les uns des autres sur les meilleurs moyens d'attirer l'attention du public sur cette législation historique. Une fois la prise de conscience du public accrue, le soutien à la question s'est accru, exerçant une pression supplémentaire sur le gouvernement et l'opposition.

La sénatrice Pia Cayetano, l'une des partisanes du projet de loi RH, a déclaré : « Une volonté politique forte et un partenariat solide avec la société civile sont essentiels pour propulser une législation progressiste.

9. Sachez qui est pour vous et contre vous.

Travaillez avec ceux qui sont pour vous : faites-en vos alliés, apprenez les uns des autres, partagez des ressources et élaborez des stratégies ensemble pour faire une percée. Ne sous-estimez pas l'opposition. Ils trouveront toujours des échappatoires pour renverser la nouvelle loi. Connaissez-les bien. Soyez toujours prêt en faisant des recherches et en créant des arguments solides et fondés sur des preuves en faveur de votre position. Présentez votre position aux législateurs disposés à écouter, et non à une opposition inflexible et dogmatique. Dans le cas des Philippines, l'opposition la plus difficile est la hiérarchie catholique et ses substituts au Congrès.

Mary Racelis, professeure à l'Université Ateneo de Manila, a déclaré : « Les législateurs ne liront jamais un [document] de 17 pages, nous avons donc rédigé une déclaration de quatre pages envoyée au Congrès… Nous n'avons jamais à influencer les évêques, ils ne nous écouteraient pas de toute façon. .”

10. Un mouvement de SR fort, déterminé et persistant, composé de différents secteurs, est crucial pour aller de l'avant et maintenir les acquis de la mise en œuvre de la loi sur la SR.

Le projet de loi sur la santé reproductive est devenu une loi grâce au mouvement dynamique et dévoué de la santé reproductive - composé de défenseurs et de champions de la base, d'organisations de la société civile, d'organisations non gouvernementales, d'universités et du secteur privé - qui se sont réunis pour assurer sa pleine mise en œuvre après de longues années. années de bataille acharnée. Le soutien de défenseurs dévoués, passionnés et engagés des branches exécutive et législative du gouvernement ajoute à la force du mouvement. Le soutien ardent de l'ancien président Noynoy Aquino a joué un rôle central dans la promulgation de la loi.

Selon l'ancien directeur exécutif de POPCOM, Perez, les initiatives de PF/SR ont réussi à faire passer l'utilisation de la planification familiale de 4 millions d'utilisateurs de la PF moderne en 2013 à 7,9 millions d'utilisateurs en 2021, même avec des budgets réduits pour la mise en œuvre de la loi sur la SR. Cette amélioration est due au dévouement des agents de santé, des volontaires, des agents de population, des partenaires gouvernementaux locaux et des partenaires de la société civile qui sont restés engagés dans le travail de SR malgré ces défis.

"Ce n'est pas seulement le combat d'un groupe, il faut s'entraider... des efforts persistants et cohérents sont nécessaires pour arriver là où nous voulons", a déclaré l'avocate Elizabeth Aguiling-Pangalangan, directrice de l'Institut des droits de l'homme de l'Université. du Centre juridique des Philippines.

The author (Grace Gayoso Pasion) at the RH Law @ 10 photo booth, where visitors could express their thoughts and sentiments on the implementation of the RH Law. Photo courtesy of Grace Gayoso Pasion.
L'auteur (Grace Gayoso Pasion) au photomaton RH Law @ 10, où les visiteurs pouvaient exprimer leurs pensées et leurs sentiments sur la mise en œuvre de la loi RH. Photo gracieuseté de Grace Gayoso Pasion.

Dix ans se sont écoulés depuis la promulgation de la loi sur la santé reproductive. C'est une grande victoire qui apporte des soins de santé de haute qualité aux personnes qui ont leurs règles, et cela a eu un impact positif sur des millions de personnes et de familles aux Philippines. C'est aussi une réalisation importante pour les législateurs. Néanmoins, le travail se poursuit pour les champions et les défenseurs de la santé reproductive qui cherchent à protéger et à faire progresser la santé et les droits reproductifs des femmes aux Philippines.

Grace Gayoso Passion

Responsable régional de la gestion des connaissances, Asie, Johns Hopkins Center for Communication Programs

Grace Gayoso-Pasion est actuellement responsable de la gestion régionale des connaissances (KM) en Asie pour Knowledge SUCCESS au Johns Hopkins Center for Communications Program. Plus connue sous le nom de Gayo, elle est une professionnelle de la communication pour le développement avec près de deux décennies d'expérience dans la communication, la prise de parole en public, la communication pour le changement de comportement, la formation et le développement et la gestion des connaissances. Passant la majeure partie de sa carrière dans le secteur à but non lucratif, en particulier dans le domaine de la santé publique, elle a travaillé sur la tâche difficile d'enseigner des concepts médicaux et de santé complexes aux pauvres des villes et des campagnes aux Philippines, dont la plupart n'ont jamais terminé leurs études primaires ou secondaires. Elle défend depuis longtemps la simplicité à l'oral et à l'écrit. Après avoir obtenu son diplôme d'études supérieures en communication de l'Université technologique de Nanyang (NTU) à Singapour en tant que boursière de l'ASEAN, elle a travaillé dans des rôles régionaux de KM et de communication pour des organisations de développement international aidant divers pays asiatiques à améliorer leurs compétences en communication et KM en matière de santé. Elle est basée aux Philippines.