Tapez pour rechercher

En profondeur Temps de lecture: 6 minutes

Comment les réformes du financement de la santé peuvent-elles améliorer l'accès aux services de PF pour ceux qui en ont le plus besoin ?


Nous sommes heureux de vous présenter notre nouvelle série de blogs, FP in UHC, développée et organisée par FP2030, Knowledge SUCCESS, PAI et MSH. La série de blogs fournira des informations précieuses sur la manière dont la planification familiale (PF) contribue à la réalisation de la couverture sanitaire universelle (CSU), avec les perspectives d'organisations de premier plan dans le domaine. Ceci est le troisième article de notre série, axé sur les réformes du financement des soins de santé pour améliorer l'accès aux services de PF pour ceux qui en ont le plus besoin.

La promesse d'une couverture maladie universelle (CSU) est aussi inspirante qu'ambitieuse : selon le OMS, cela signifie que « toutes les personnes ont accès à la gamme complète de services de santé de qualité dont elles ont besoin, quand et où elles en ont besoin, sans difficultés financières ». En d'autres termes, « ne laisser personne de côté ». La communauté mondiale s'est engagée à tenir cette promesse d'ici 2030, et presque tous les pays ont signé le pour l'accomplir. Mais selon les dernières estimations, 30% du monde ne peuvent toujours pas accéder aux services de santé essentiels, ce qui signifie que plus de deux milliards de personnes sont actuellement laissées pour compte.

Parmi les laissés-pour-compte figurent des centaines de millions de filles et de femmes sexuellement actives dans les pays à revenu faible ou intermédiaire (PRFI) qui cherchent à éviter une grossesse mais n'ont pas accès à la contraception moderne. Bien qu'elle soit considérée comme un élément clé des soins de santé primaires et liée à une gamme de résultats positifs en matière de santé - de la baisse de la mortalité maternelle et infantile à l'amélioration de la nutrition et à l'allongement de l'espérance de vie - la planification familiale reste hors de portée pour trop de personnes dans trop d'endroits, étouffant le promesse de la CSU et compromettant un avenir sain pour d'innombrables familles et communautés.

Adapté de l'article "Comment un engagement accru avec le secteur privé peut élargir l'accès à la planification familiale et rapprocher le monde de la couverture sanitaire universelle» développé par Adam Lewis et FP2030.

Lorsque la communauté de la planification familiale s'est réunie à Pattaya en novembre dernier pour la Conférence internationale sur la planification familiale (ICFP), nous nous sommes réengagés dans l'idée que la planification familiale est un élément central et essentiel de la couverture sanitaire universelle (CSU). Il s'agit d'un message puissant et important, mais il est important que nous ne laissions pas la marque UHC entraver la réalisation de l'objectif de la CSU consistant à fournir des services de santé dont les gens ont besoin, où et quand ils en ont besoin, sans charge financière.

La marque UHC est parfois appliquée aux régimes sociaux d'assurance-maladie – «régimes UHC» – qui regroupent les fonds des cotisants et partagent les avantages entre ceux qui cotisent. Mais si la plupart de ces bénéficiaires sont des personnes relativement aisées travaillant dans l'économie formelle, alors quelle que soit l'étiquette, ces « programmes de CSU » peuvent ne pas faire avancer l'objectif de la CSU. L'inclusion de la planification familiale dans ces programmes ne devrait pas être notre priorité à moins que nous soyons convaincus que ceux qui ont le plus besoin de services de planification familiale en bénéficieront.

La communauté de la planification familiale devrait tenir les décideurs politiques responsables de veiller à ce que les réformes du financement de la santé sous le nom de CSU fournissent des services de planification familiale de qualité à ceux qui en ont le plus besoin.

La réforme du financement de la santé peut nous aider à progresser vers la CSU.

Selon le Organisation mondiale de la santé, l'objectif de la CSU est que "tous les gens aient accès à la gamme complète de services de santé de qualité dont ils ont besoin, quand et où ils en ont besoin, sans difficultés financières". En utilisant une approche fondée sur les droits, la communauté mondiale de la planification familiale convient que cette « gamme complète de services de santé de qualité » devoir inclure la planification familiale. Et la clause « sans difficultés financières » souligne la nécessité de réformes du financement de la santé. Mais la CSU est un objectif du système de santé dans son ensemble, et même dans le domaine du financement de la santé, passer à la CSU ne consiste pas à ajouter un nouveau régime d'assurance maladie en plus des systèmes existants. Il s'agit plutôt de soutenir la transition à l'échelle du système des paiements « personnels » vers un « financement commun », auquel les citoyens contribuent en fonction de leurs capacités, et dont tous les citoyens (pas seulement ceux qui contribuent) bénéficient en fonction de leurs besoins. , comme décrit dans ce 2013 article de Joseph Kutzin dans le Bulletin de l'Organisation mondiale de la santé.

L'assurance maladie n'est pas un arbre d'argent magique.

Cette idée de « financement mutualisé »1 peut ressembler à une assurance maladie, mais dans de nombreux pays, la « mise en commun » est réalisée par les gouvernements qui perçoivent des recettes par le biais de la fiscalité générale, puis les utilisent pour payer le personnel du secteur public pour fournir des services de santé. Si le financement commun provient principalement de la fiscalité générale, l'ajout d'un régime d'assurance maladie public spécifique peut-il recueillir des contributions pour générer plus d'argent pour la santé ? Cela semble certainement être une idée attrayante, et c'est probablement l'une des raisons de la popularité politique de tels programmes. Cependant, selon de nombreux économistes (dont celui-ci Article de Yazbeck et al de 2020), étant donné qu'un si grand nombre de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire travaillent en dehors de l'économie formelle, l'assurance-maladie sociale financée par l'impôt sur le travail n'est pas un moyen efficace de lever des fonds pour les programmes de soins de santé.

La mise en commun des fonds par le biais de la fiscalité générale et le paiement des services par le biais du secteur public créent généralement un droit universel - ce qui signifie, du moins en principe, que tous les citoyens peuvent en bénéficier. Et la plupart des pays font au moins quelques efforts pour diriger ces ressources vers ceux qui en ont le plus besoin. Les régimes d'assurance maladie peuvent également le faire, mais beaucoup ne le font pas ; les régimes sociaux d'assurance-maladie mettent en commun les fonds des cotisants, mais ne partagent les prestations qu'entre ceux qui cotisent – les membres du régime.

Une façon courante de lancer un régime public d'assurance maladie consiste à rendre les cotisations obligatoires pour ceux qui paient déjà l'impôt sur le revenu, puis à étendre le régime en encourageant les travailleurs du secteur informel à adhérer. Le plan consiste à utiliser ces revenus pour subventionner l'adhésion. pour ceux qui n'ont pas les moyens de payer.

Malheureusement, trop souvent, cette stratégie reste bloquée dans la première phase. Les personnes du secteur informel ne paient leurs primes d'assurance que lorsqu'elles savent qu'elles auront besoin de services - par exemple, lorsqu'elles sont déjà malades ou lorsqu'un bébé est en route - et donc leurs contributions ne couvrent pas leurs coûts. Dans le secteur formel, des intérêts puissants (syndicats du secteur public, par exemple) peuvent exiger de plus en plus de bénéfices de leurs contributions. Si ces prestations supplémentaires sont accordées, le coût des services augmente et, au lieu que le régime d'assurance génère des revenus supplémentaires pour subventionner l'adhésion des pauvres, le gouvernement finit par devoir renflouer l'assureur. Les coûts élevés et les faibles revenus signifient qu'il n'y a pas de profit nécessaire pour subventionner l'adhésion des pauvres. Et donc, les personnes pour lesquelles des services de planification familiale subventionnés ou gratuits pourraient vraiment faire une différence ne font probablement même pas partie du programme.

Que montrent les preuves ? Perspectives d'Afrique

Eh bien, tant pis pour la théorie – à quoi ressemblent les choses dans la pratique ? Une récente Santé mondiale BMJ article de Barasa et al examiné la couverture d'assurance dans 36 pays d'Afrique subsaharienne. Ils n'ont trouvé que quatre pays où la couverture nationale de l'assurance maladie représentait plus de 20 % de la population. Et qu'est-ce qui ressort de ces quatre pays ? Aucun d'eux n'a compté sur les cotisations des membres pour le coût du régime d'assurance - ils l'ont tous payé principalement par le biais de la fiscalité générale, et ils ont donc évité le piège décrit ci-dessus.

Qu'en est-il de l'équité – qui bénéficie de ces régimes ? Eh bien, dans les 36 pays, en particulier ceux où la couverture était faible et reposait sur les cotisations, plus un pays était riche, plus il était susceptible de bénéficier d'une assurance maladie. Les toutes dernières personnes à bénéficier de la plupart de ces programmes sont les femmes et les filles rurales à faible revenu et peu éduquées. Ce qui soulève la question suivante : pourquoi devraient-ils s'inquiéter de savoir si la planification familiale fait partie de l'ensemble des avantages d'un « régime de CSU » ?

Un peu d'optimisme – Un exemple positif !

Mais tout n'est pas catastrophique – certains pays font des pas en avant vraiment importants. Une décision clé en matière d'équité consiste à rompre le lien direct entre cotisants et bénéficiaires.

Par exemple, le gouvernement du Kenya canalise les recettes générales vers son institution d'assurance maladie, le Fonds national d'assurance maladie (NHIF), et demande au NHIF d'utiliser cet argent pour acheter des services aux plus vulnérables. Cela en est encore à ses débuts, et il y a de nombreux défis à relever - identifier et inscrire les bonnes personnes, s'assurer que les citoyens connaissent leurs avantages et peuvent y accéder, trouver la meilleure façon de payer les prestataires, promouvoir la transparence et la responsabilité de l'assureur et, bien sûr, trouver assez d'argent. Mais le programme est en cours de déploiement, avec pour objectif d'atteindre un million de ménages à faible revenu à travers le Kenya. Ce système est connu de tous sous le nom de « système de CSU » et, avec toutes les mises en garde ci-dessus, il pourrait véritablement contribuer à l'objectif de la CSU.

Et surtout, la PF est incluse dans l'ensemble des avantages du «régime UHC» kenyan, ce qui est une excellente nouvelle. La prochaine étape réalisable consiste à s'assurer que le programme offre réellement une PF de qualité, complète et fondée sur les droits à ceux qui en ont le plus besoin. Ce n'est pas encore le cas, et nous avons encore beaucoup à faire…

Un programme pour les défenseurs de la planification familiale

La communauté de la planification familiale a une voix puissante, en particulier lorsque nous travaillons ensemble à travers des mouvements comme FP2030. Nous devons continuer à veiller à ce qu'aucune réforme majeure de la santé ne néglige les droits à la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles. Dans le domaine complexe de la réforme du financement de la santé, nous devons rappeler aux décideurs politiques que la PF doit toujours être prioritaire. Nous devons également les tenir responsables de veiller à ce que les réformes qu'ils prévoient restent fidèles au concept même de la CSU en fournissant ces services clés, d'abord et avant tout, aux femmes et aux filles qui en ont le plus besoin.

1 : L'approche de l'OMS en matière de financement de la santé se concentre sur les fonctions essentielles :

  • collecte de revenus (sources de fonds, y compris les budgets publics, les régimes d'assurance prépayés obligatoires ou volontaires, les paiements directs par les utilisateurs et l'aide extérieure)
  • mise en commun de fonds (l'accumulation de fonds prépayés au nom d'une partie ou de l'ensemble de la population)
  • l'achat de services (le paiement ou l'allocation de ressources aux prestataires de services de santé) https://www.who.int/health-topics/health-financing#tab=tab_1
Matt Boxshall

Directeur de programme, ThinkWell, Inc.

Matt Boxshall est un professionnel senior du développement avec plus de 20 ans d'expérience dans le domaine de la santé mondiale et de la santé et des droits sexuels et reproductifs. Il a conçu et dirigé des programmes innovants à impact mondial et a travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements pour orienter la politique nationale. En tant que directeur de programme chez ThinkWell, Matt dirige actuellement un portefeuille de travaux axés sur les achats stratégiques pour les soins de santé primaires, soutenant des équipes locales solides pour fournir des conseils techniques de haute qualité dans six pays d'Afrique et d'Asie. Matt est un leader d'opinion, fournissant un leadership stratégique aux conseillers techniques principaux et aux directeurs nationaux de ThinkWell et travaillant avec la communauté mondiale de la santé au sens large, en particulier sur les questions de financement de la planification familiale.

582 vues
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social