Tapez pour rechercher

Questions et réponses Temps de lecture: 8 minutes

Impacts de la pandémie de COVID-19 sur les services de planification familiale dans la province de Gandaki, au Népal


S'appuyer sur les forces des gouvernements, des institutions et des communautés locales des pays tout en reconnaissant l'importance du leadership et de l'appropriation locaux a été d'une importance capitale pour la programmation de l'USAID. Financé par l'USAID Prix associé Data for Impact (D4I) de MEASURE Evaluation IV, est une initiative qui témoigne de la approche de renforcement des capacités locales qui apprécie les capacités existantes des acteurs locaux et les forces des systèmes locaux. Présentation de notre nouvelle série de blogs qui met en lumière la recherche locale produite avec le soutien du projet D4I, « Going Local : Strengthening Local Capacity in General Local Data to Solve Local PF/RH Development Challenges ».

D4I soutient les pays qui génèrent des preuves solides pour la prise de décision en matière de programmes et de politiques en renforçant la capacité individuelle et organisationnelle à mener des recherches de haute qualité. Une approche pour atteindre cet objectif consiste à administrer un programme de petites subventions de recherche et à collaborer avec des chercheurs locaux pour :

  1. Construire et renforcer les capacités de recherche des organisations et agences nationales locales ;
  2. Combler les lacunes de la recherche en matière de planification familiale (PF) pour éclairer la prise de décision politique et programmatique ; et
  3. Accroître l'utilisation des résultats de la recherche en permettant aux données d'être diffusées et utilisées par les parties prenantes et les décideurs locaux.

Souvent, lorsque des articles sont publiés sur la recherche, ils se concentrent sur les résultats et les implications potentielles. Cependant, si un autre pays ou programme souhaite mettre en œuvre une étude similaire, il est tout aussi important de documenter comment il a mené la recherche, ce qui a été appris et quelles sont les recommandations pour les autres personnes intéressées à faire une recherche similaire dans leur propre contexte.

Avec cet objectif à l'esprit, Knowledge SUCCESS s'est associé au programme de prix D4I pour une série de blogs en 4 parties présentant les leçons et expériences tacites de la recherche sur la planification familiale et la santé reproductive (PF/SR) menée dans quatre pays :

  • Afghanistan : Analyse de l'enquête auprès des ménages afghans de 2018 : Comprendre les variations régionales de l'utilisation de la PF
  • Bengladesh : Évaluation de l'état de préparation des établissements de santé pour les services de PF dans les milieux à faibles ressources : aperçus des enquêtes d'évaluation de la prestation de services représentatives au niveau national dans 10 pays
  • Népal: Évaluation de la gestion des produits de PF pendant la crise du COVID-19 dans la province de Gandaki, au Népal
  • Nigeria: Identifier des approches innovantes pour accroître la mobilisation des ressources nationales et les contributions financières pour la PF

Dans chaque article, Knowledge SUCCESS interviewe un membre de l'équipe de recherche de chaque pays pour souligner comment la recherche a abordé les lacunes dans les connaissances sur la PF, comment la recherche contribuera à améliorer la programmation de la PF dans le pays, les leçons apprises et leurs recommandations pour les autres personnes intéressées par menant des recherches similaires.

Le gouvernement du Népal (GON) accorde la priorité à la planification familiale (PF) et en a fait un thème important dans les stratégies et les plans du Népal. Cependant, la pandémie mondiale de COVID-19 a entraîné des blocages à l'échelle nationale pendant plusieurs mois en 2020, entraînant l'interruption des services de santé publique, y compris les services de PF.

Une équipe de quatre professeurs - Isha Karmacharya (responsable), Santosh Khadka (co-responsable), Laxmi Adhikari et Maheswor Kafle - du Institut central des sciences et de la technologie (CiST) College voulait étudier l'impact de la pandémie de COVID-19 sur l'approvisionnement en produits de PF, la chaîne d'approvisionnement et la gestion des stocks dans la province de Gandaki afin de déterminer s'il y avait des variations et des effets sur la prestation des services de PF. L'un des membres de l'équipe de Knowledge SUCCESS, Pranab Rajbhandari, s'est entretenu avec le co-chercheur principal de l'étude, M. Santosh Khadka, pour en savoir plus sur leurs expériences et sur l'apprentissage de la conception et de la mise en œuvre de cette étude.

A group of three people sits inside an office. The man on the left is dressed in a blue checkered dress shirt and blue pants, and sits on a black leather couch. He is holding a pen and papers on his lap, and is looking up at the camera. The man in the center is wearing a green dress shirt and sits by the door (to the left of the photo) on a metal chair. He is holding a piece of paper in his hands and is looking down at the paper. There is an empty chair next top him, to the right of the photo. The woman on the right is wearing a pink sweatshirt and sits behind a dark wooden desk and is using a laptop. Another laptop sits on the desk with two water bottles, a cell phone, and papers. Photo credit: Nepal D4I Research Team
Crédit : Équipe de recherche Népal D4I

Pranab : Pourquoi avez-vous choisi d'évaluer l'approvisionnement en produits de PF pendant une crise ? Comment avez-vous défini les objectifs de la recherche ?

Santoch : Nous avons entendu parler d'une augmentation des naissances et de problèmes d'accès aux services difficiles en raison des blocages de COVID-19, ce qui a éclairé notre objectif de recherche. Nous avons décidé que l'objectif principal serait d'étudier l'impact de la crise du COVID-19 sur les services de PF. Pendant le COVID-19, toutes les ressources ont été détournées pour relever les défis du COVID-19. Nous étions intéressés de voir comment la crise aurait pu affecter les approvisionnements et les services de PF, et l'impact de la crise sur un programme prioritaire national tel que la PF en raison du détournement des ressources. Quel genre de défis est venu? Comment les différents niveaux de gouvernement (local, central) ont-ils géré la crise tout en fournissant des services réguliers ? Nous étions particulièrement intéressés par les variations d'approvisionnement, de prestation de services, de stock et d'approvisionnement. Nous voulions savoir si de nouvelles stratégies et interventions étaient mises en place et utilisées.

Pranab : Pourquoi vous êtes-vous concentré sur une seule des sept provinces du Népal ?

Santoch : Le lieu de l'étude a été sélectionné en fonction de plusieurs critères : la diversité géographique et la manière d'être inclusif - la province comprend des districts de montagnes, de collines et de terai (plaines basses). Nous avons également pris en compte le taux de prévalence contraceptive (TPC) et d'autres indicateurs de PF, ainsi que l'accessibilité pour l'équipe de recherche de Katmandou. Province de Gandaki, parmi les sept provinces du Népal, avaient les pires indicateurs de PF. Il avait un TPC inférieur à celui des autres provinces.

Pranab : Qui votre équipe a-t-elle consulté dans le cadre de ce processus d'étude ?

Santoch : Nous avions deux principales sources de soutien : un groupe consultatif local et l'équipe D4I. Le groupe consultatif local était composé d'anciens membres du personnel de l'USAID et de personnes ayant une expérience liée à l'USAID (Hare Ram Bhattarai - conseiller du CiST College, Dr Karuna Laxmi Shakya, Naveen Shrestha - directeur du CiST College). Le groupe consultatif local a largement guidé l'équipe d'étude tout au long du processus d'étude. Ils ont fourni un soutien technique et des commentaires approfondis, aidé à réviser les outils et à préparer la formation. Ils faisaient partie intégrante du processus et ont été largement consultés. Nous n'avons procédé qu'après avoir obtenu les conseils du groupe consultatif au fur et à mesure que nous procédions aux parties clés de l'étude.

Bridgit Adamou, conseillère technique en planification familiale à D4I, a été présente du début à la fin. Elle nous a fourni un soutien et des conseils considérables. Elle était notre point focal et nous lui rendions compte. Elle a également consulté son équipe et ses supérieurs pour tout soutien dont nous avions besoin. Elle était toujours disponible pour dissiper toute confusion que nous avions et était très favorable tout au long. Elle était la principale personne qui nous apportait un soutien technique.

Pranab : Comment vous êtes-vous techniquement préparé à évaluer l'approvisionnement en matières premières ?

Santoch : Nous avons d'abord effectué une revue de la littérature qui nous a aidés à rédiger des questions de recherche et des outils de collecte d'informations. Nous avons conçu des outils à la fois quantitatifs et qualitatifs. Le groupe consultatif a examiné les questions et les outils de recherche et a aidé à les réviser. Après cet examen et cette révision, Bridgit a ensuite revu et aidé à affiner ces documents.

Nous avons également visité les sites d'étude sélectionnés (c'est-à-dire trois districts représentant les zones écologiques de montagne, de colline et de terai) pour des études préliminaires et pour obtenir l'autorisation locale pour l'étude. Une approbation éthique a également été reçue pour l'étude avant la collecte des données.

Pranab : Comment avez-vous collecté les données ?

Santoch : Les collecteurs de données, composés de récents diplômés et d'étudiants du collège CiST, ont été formés sur le site du collège. L'orientation de deux jours comprenait des séances d'entraînement et une orientation de projet. Nous avons utilisé des pauses entre les semestres universitaires pour la collecte de données afin que nous, professeurs à temps plein du collège CiST avec des responsabilités d'enseignement, puissions fournir une supervision et un soutien technique directement aux collecteurs de données sur le terrain. Cela était crucial pour l'assurance de la qualité des données et la bonne gestion du temps.

Nous étions intéressés à comparer la situation de la PF avant et après les confinements liés au COVID-19. Nous avons fixé nos marqueurs de période d'étude aux trois mois avant le long verrouillage et aux trois mois après le verrouillage. Des études comparatives aident à examiner l'impact, et dans notre cas, les défis et les changements dans les services de PF dus à l'impact de COVID-19. Nous avons comparé les périodes de temps et étudié tous les niveaux depuis les niveaux local, provincial et fédéral.

Nous avons recueilli des données secondaires et mené des entretiens avec des informateurs clés (KII) aux niveaux fédéral, provincial, des districts et des municipalités. Nous avons rencontré des difficultés pour collecter des données secondaires liées aux stocks et aux fournitures, car la notification en ligne à l'aide du système électronique d'information sur la gestion de la logistique (eLMIS) n'avait pas été mise en pratique dans les lieux d'étude. Cela nécessitait de se rendre directement aux sources/magasins pour collecter des informations en consultant d'anciens fichiers. Le personnel soutenu par le projet de l'USAID et détaché dans les bureaux du gouvernement nous a beaucoup aidés à accéder aux données secondaires.

Nous avons mené dix-sept KII : 1 au niveau fédéral, 1 au niveau provincial et 15 au niveau des districts. L'équipe de l'étude a commencé ses KII avec la Division du bien-être familial, Département des services de santé au niveau fédéral, puis au niveau provincial, puis aux niveaux du district et local. Nous avons inclus des points focaux pertinents aux niveaux fédéral et provincial, des superviseurs de PF de district, des magasiniers, des coordonnateurs municipaux de la santé et des femmes volontaires de santé communautaire (FCHV) au niveau des quartiers.

Pranab : Pourquoi avez-vous décidé d'utiliser à la fois des techniques quantitatives et qualitatives ?

Santoch : Nous avions tous des compétences en recherche quantitative. Nous voulions faire une étude de méthode mixte pour apprendre et expérimenter des techniques qualitatives. L'utilisation de méthodes et de processus de recherche qualitative (tels que les KII) a été un apprentissage majeur pour nous. L'approche qualitative nous a aidés à trianguler les conclusions et à renforcer les résultats en vérifiant les informations trouvées dans une source avec les informations trouvées dans d'autres sources à travers le système de santé. Nous avons vérifié les données secondaires à tous les niveaux pour la validation des données (c'est-à-dire que les données fournies par le niveau fédéral ont été recoupées avec le niveau provincial ; les données au niveau provincial avec le district ; les données au niveau du district avec les municipalités, puis les FCHV à les niveaux locaux). Les expériences approfondies et les explications partagées au cours de la recherche qualitative ont contribué à la validation des résultats.

Pranab : Comment avez-vous nettoyé, analysé et examiné les résultats ? Quelles compétences étaient requises ?

Santoch : Seuls la fréquence et les pourcentages ont pu être calculés en raison du manque d'informations. Il aurait été préférable de pouvoir utiliser des méthodes statistiques plus complexes. Si nous avions intégré la collecte d'informations sociodémographiques dans les outils utilisés, cela nous aurait peut-être aidés à faire ces analyses. Il y avait aussi des contraintes de temps. Une analyse plus complexe aurait pu être possible avec une meilleure conception des outils. Ce fut un apprentissage majeur pour nous.

Pranab : Quels ont été vos principaux apprentissages au cours de ce processus d'étude des petites subventions D4I ?

Santoch : Nous avons tiré de nombreux enseignements de l'ensemble du processus, ce qui a renforcé la capacité de notre équipe d'étude.

Processus d'apprentissage : Nous étions nouveaux dans le processus de gestion des subventions de l'USAID et avons beaucoup appris sur les procédures. J'apprends beaucoup sur la conduite d'une étude. J'ai acquis des compétences dans l'organisation de réunions, la gestion de réunions, le respect des délais et la préparation de rapports.

Gestion du temps: Nous avons dû équilibrer nos responsabilités d'enseignement et l'étude. Nous ne pouvions pas nous concentrer entièrement sur le projet. La préparation de la formation des collecteurs de données a pris du temps et la collecte des données sur le terrain a dû être reportée. De plus, les déplacements et les horaires chargés des membres du Groupe consultatif ont entraîné des retards. Même si nous avions fait un plan détaillé pour le projet d'un an, il fallait encore une prolongation de trois mois sans frais. Au moment de la publication de cet article, la diffusion finale n'est pas encore terminée. Nous voyons maintenant la valeur d'ajouter des professeurs à temps partiel pendant des études similaires afin que plus de temps puisse être consacré à la recherche. Ayant expérimenté ce processus, nous sommes également plus confiants quant à l'achèvement des études à temps à l'avenir.

Gestion et planification des facteurs externes : Nous avons dû faire face à des retards dus à des facteurs externes tels que les employés du gouvernement qui étaient les sources d'information de l'étude étant occupés à gérer la pandémie de COVID-19. L'absence d'informations secondaires en ligne nécessitait des visites sur place pour la collecte de données et ajoutait également aux retards. La peur de la nature infectieuse du COVID-19 a conduit à l'anxiété de nos équipes quant à la réaction possible des habitants aux visites de l'équipe d'étude pour la collecte de données. Nous étions inquiets des risques personnels liés à la pandémie. Nous avons géré ces craintes en suivant les précautions recommandées : se masquer, maintenir la distance et se faire vacciner au fur et à mesure qu'elles devenaient disponibles.

Compétences en écriture: Nous avons traversé un long processus pour faire accepter notre proposition pendant le processus de préparation de la subvention. Il est passé par plus de dix séries de soumissions de subventions et de raffinements. Cela a demandé beaucoup d'efforts, mais le processus a affiné nos plans et nos approches. De même, chaque étape du processus de mise en œuvre de l'étude impliquait des ébauches, des examens approfondis et des améliorations avant l'approbation finale.

Compétences en analyse technique : Nous avons appris à planifier, mettre en œuvre et analyser les résultats à l'aide de méthodes de recherche qualitatives. Nous nous sommes familiarisés avec le logiciel d'analyse qualitative NVivo. Nous sommes aujourd'hui confiants dans nos compétences pour mener des études à méthode mixte ou des études qualitatives. Anticiper les défis d'analyse et les planifier à l'avance pendant la phase de conception de l'outil a été un autre apprentissage.

Pranab : Quelles ont été vos principales découvertes ? Comment espérez-vous que ces résultats de recherche seront utilisés?

Santoch : Notre principal apprentissage était que les demandeurs de services modifient leur comportement en cas d'urgence. Ils comptaient davantage sur les méthodes de PF à court terme qui étaient plus facilement disponibles localement. Ceux qui utilisaient des méthodes à long terme se sont tournés vers des méthodes à court terme. Les demandeurs de services et les prestataires ont tous deux tenté de réduire les interactions humaines étroites en raison de la nature hautement infectieuse de la transmission du COVID-19. Les confinements en cours ont rendu les déplacements difficiles pour se rendre dans les établissements de santé afin d'accéder aux services de PF à long terme.

Nous avons préparé une note d'orientation. Nous attendons le temps disponible des représentants du gouvernement pour planifier un événement de diffusion pour un apprentissage et un partage plus larges. Nous préparerons le document pour publication dans une revue à comité de lecture une fois l'événement de diffusion terminé. Nous espérons que cette petite recherche de la nôtre fera une différence.

Pranab : Avez-vous autre chose à partager avec nous ?

Santoch : Ces subventions devraient également être disponibles pour les particuliers ou les non-institutions. Les étudiants bénéficieraient particulièrement de petites subventions comme celles-ci pour renforcer leur capacité de recherche.

Pour explorer plus de ressources liées à cette série d'entretiens, ne manquez pas Data for Impact (D4I) Collecte d'informations sur la PF, avec d'autres lectures et supports partagés par leur personnel en Afghanistan, au Bangladesh, au Népal, au Nigéria et aux États-Unis

Pranab Rajbhandari

Responsable pays, Breakthrough ACTION Népal, et conseiller régional en gestion des connaissances auprès de Knowledge SUCCESS, Johns Hopkins Center for Communications Programs

Pranab Rajbhandari est le directeur national/Sr. Conseiller en changement de comportement social (SBC) pour le projet Breakthrough ACTION au Népal. Il est également conseiller régional en gestion des connaissances pour l'Asie pour Knowledge SUCCESS. Il est un praticien du changement de comportement social (SBC) avec plus de deux décennies d'expérience professionnelle en santé publique. Il a acquis une expérience de terrain en commençant comme responsable de programme et, au cours de la dernière décennie, a dirigé des projets et des équipes de pays. Il a également été consultant indépendant aux niveaux national et international pour des projets de l'USAID, de l'ONU et de la GIZ. Il est titulaire d'une maîtrise en santé publique (MPH) de l'Université Mahidol de Bangkok, d'une maîtrise (MA) en sociologie de la Michigan State University, Michigan et est un ancien élève de l'Ohio Wesleyan University.

Santoch Khadka

Professionnel de la santé publique, chargé de cours, Collège de l'Institut central des sciences et de la technologie (CiST)

M. Khadka est un professionnel de la santé publique avec plus de six ans d'expérience dans divers projets et organisations. Il est titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en santé publique et a contribué à plusieurs publications liées aux questions de santé publique. Il a un vif intérêt et une motivation pour la recherche, une capacité éprouvée à promouvoir la nutrition, la santé, l'hygiène et l'assainissement auprès des femmes et des enfants au Népal, et a également travaillé dans le milieu universitaire pendant plus de 3 ans, acquérant une expertise dans la recherche et l'enseignement. Il possède également des compétences en matière de suivi et d'évaluation en tant que responsable de programme et consultant dans divers projets financés par des donateurs internationaux. Il est passionné par l'amélioration de la santé et du bien-être des communautés et est un professionnel dévoué qui apporte une richesse de connaissances et d'expérience à chaque projet qu'il entreprend.