Tapez pour rechercher

Questions et réponses Temps de lecture: 6 minutes

Pleins feux sur People-Planet Connection : Edith Ngunjiri sur Blue Ventures


Pouvez-vous vous présenter brièvement, y compris votre poste et votre organisation ? 

Je m'appelle Edith Ngunjiri et je suis spécialiste de la santé publique de profession avec près de dix ans d'expérience. J'ai rejoint Blue Ventures en 2021 en tant que conseiller technique pour les partenariats Santé et Environnement (HE). Blue Ventures est une organisation de conservation marine qui travaille avec les communautés pour résoudre à la fois les problèmes de conservation marine et les problèmes de santé. L'une des façons dont nous y parvenons consiste à intégrer des interventions sanitaires dans nos programmes de conservation marine.

En tant que conseiller technique, mon rôle consiste à fournir des conseils sur la mise en œuvre de nos programmes d'enseignement supérieur dans les quatre pays (Madagascar, Indonésie, Inde et Mozambique) où nous avons actuellement des programmes d'enseignement supérieur. Nous travaillons à l'établissement de partenariats au Kenya et nous soutenons également d'autres organisations intéressées par la mise en œuvre d'une approche santé environnement comme Future of Fish qui est basée au Pérou.

Qu'est-ce qui vous a poussé, vous et votre organisation, vers cette approche intersectorielle de la santé, de l'environnement et du développement ?

Blue Ventures a commencé à travailler avec les communautés dans le domaine de la conservation marine, en se concentrant uniquement sur la pêche et la gestion des ressources marines. Plus tard en 2007, nous avons commencé à intégrer des interventions de santé, répondant à un énorme besoin non satisfait de planification familiale. Nous en sommes venus à comprendre que nous répondions à un besoin de santé qui fait partie d'un écosystème plus large composé de la conservation, de la santé, des moyens de subsistance et d'autres défis. À partir de cette compréhension, nous avons construit un projet de santé et d'environnement encore plus grand.

En répondant à ce besoin initial non satisfait de planification familiale, nous avons réalisé le besoin de soutien dans d'autres domaines parmi lesquels : l'eau, l'assainissement et l'hygiène, la santé maternelle et infantile, les services liés au VIH et la nutrition.

Pouvez-vous parler de l'importance du partenariat dans votre travail et décrire à quoi ressemble le processus de travail avec des partenaires ?

Le partenariat est un aspect très important du fonctionnement de Blue Ventures. Cela fait partie intégrante de notre stratégie 2025. Grâce à notre travail de conservation marine, nous avons identifié les besoins de santé pour lesquels les communautés ont besoin de soutien et parce que nous ne sommes pas une organisation de santé, il est très important pour nous de travailler en partenariat avec d'autres organisations de santé. Des partenaires tels que les ministères de la santé respectifs ont l'expertise et la capacité dans les domaines thématiques particuliers que nous visons à aborder.

Nous soutenons également les agents de santé communautaires (ASC) dans les communautés où Blue Ventures travaille et nous nous concentrons principalement sur le renforcement des systèmes de santé en tant que mesure de durabilité. Il est plus facile de cultiver le changement tout en travaillant au sein des structures communautaires intégrées.

Les partenariats nous aident à tirer parti de l'expertise technique, à favoriser les mesures de durabilité et à soutenir les organisations qui sont alignées sur nos valeurs et notre vision. Ce faisant, nous pouvons atteindre plus de communautés grâce à des interventions plus percutantes.

Quel est le processus de Blue Ventures pour engager de nouveaux partenaires et établir des partenariats ?

Nous avons un processus de cadrage des partenaires, que nous normalisons actuellement. Il s'agit d'un critère de sélection que nous utilisons lorsque nous voulons démarrer un partenariat. L'un des éléments clés que nous examinons sont les valeurs de l'organisation et si elles s'alignent sur les valeurs de Blue Ventures. Nous examinons également la capacité de l'organisation à entreprendre les interventions ou l'étendue des travaux proposés.

L'autre chose que nous examinons, c'est le niveau d'expertise de l'organisation. Par exemple, s'il s'agit d'un organisme de santé, cela est guidé par les besoins de santé de la communauté. Par exemple, il peut s'agir de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène et/ou de la santé maternelle et infantile. Nous examinons ensuite les domaines d'intervention de cette organisation pour voir s'ils ont déjà entrepris des types de travail similaires et leur niveau de financement. 

Une fois que nous avons identifié que le partenaire potentiel a la capacité, et est également bien aligné en termes de valeurs et d'objectifs, nous commençons alors les processus préliminaires d'engagement qui comprennent des réunions pour discuter des interventions communautaires, de la conception et de la planification du projet.

Quels sont certains des plus grands défis auxquels vous êtes confrontés dans le cadre de votre travail dans les programmes intégrés de santé et d'environnement et qu'est-ce que Blue Ventures a fait pour relever certains de ces défis ?

Trouver un partenaire idéal n'est pas un processus facile. Parfois, vous pourriez trouver une organisation très bien alignée qui n'a pas la capacité. D'autres fois, une organisation peut changer sa vision ou sa stratégie, ce qui signifie que la dynamique sur laquelle ce partenariat a commencé a changé.

Un autre problème qui est à la fois un défi et une opportunité est que de nombreuses organisations sont habituées à travailler en silos. Il faut un certain temps avant qu'ils puissent comprendre le concept de programmation intégrée. Des questions sur la probabilité de succès de l'intégration des interventions de santé et sur la manière d'apporter des changements se posent fréquemment. Nous organisons des réunions et des discussions en interne et chaque fois que nous identifions un partenaire potentiel, nous organisons une session d'apprentissage croisé de l'ES - qui est essentiellement une introduction à la programmation intégrée santé-environnement. 

Quantifier ou générer des preuves pour montrer aux gens et expliquer avec beaucoup plus de clarté l'impact des programmes d'enseignement supérieur peut également être un défi. Nous avons nos processus de surveillance et d'évaluation de routine, mais nous avons quelques difficultés à identifier les indicateurs liés à la fois à la santé et à l'environnement. Nous avons une base de données très robuste avec des données sur la santé. Notre théorie du changement sur la manière dont nous envisageons nos interventions sanitaires contribuant aux résultats ou aux impacts marins se concentre également sur l'engagement communautaire, ce qui n'est pas très facile à quantifier.

Avez-vous des innovations dans le travail intégré sur la santé et l'environnement que votre organisation est en train de développer ou de mettre en œuvre ou peut-être a-t-elle réalisées dans le passé ?

Pour assurer la continuité de notre programme HE en Indonésie, nous intégrons nos activités de santé de la population et de l'environnement (PHE) au sein de l'administration locale dans le développement annuel du village. plans d'activité et de budget. Cela fait partie de nos efforts de plaidoyer au niveau communautaire afin que lors de la transition de Blue Ventures ou lorsque nous souhaitons déménager et soutenir d'autres communautés, la communauté locale et les gouvernements locaux aient à la fois la capacité technique et financière de continuer à mettre en œuvre les activités d'enseignement supérieur.

Nous travaillons beaucoup avec des groupes de femmes et des groupes de jeunes. Pour les groupes de femmes, nous avons des discussions sur la santé reproductive et leur importance et leur rôle dans la conservation. C'est ainsi que nous essayons d'aborder et d'engager la communauté dans ces deux aspects. Pour les groupes de jeunes, nous travaillons avec eux sur le plaidoyer et la sensibilisation à la santé sexuelle et reproductive, y compris les services liés au VIH. Les agents de santé communautaires participent également aux activités de conservation marine, par exemple la restauration des mangroves.

Quelles sont certaines des réalisations de Blue Ventures au fil des ans dont vous êtes le plus fier ?

Je suis très fier d'où nous avons commencé et pourquoi nous avons commencé et de l'impact que cela a eu sur la communauté. Par exemple, le taux de prévalence contraceptive dans la région de Velondriake à Madagascar où nous avons commencé à intégrer les services de santé sexuelle et reproductive (SSR) est passé de 25% à 59% en cinq ans (2009-2013), couplé à une réduction du taux de fécondité de 28%. Ces résultats ont été obtenus à partir d'enquêtes menées en 2009, 2011 et 2013 pour évaluer l'évolution de l'utilisation de la contraception et de la fécondité. En intégrant les services de SSR, nous avons pu accroître l'accès aux services de contraception dans une communauté aussi mal desservie et éloignée et ainsi favoriser les activités de conservation marine.

Nous avons beaucoup de témoignages de la communauté ; des hommes et des femmes parlent de la façon dont ils peuvent mieux accéder à certains de ces services grâce à Blue Ventures. Les femmes racontent comment elles ont pu espacer leurs naissances, ce qui leur a donné une meilleure opportunité de planifier leur famille et de gérer leurs activités génératrices de revenus. 

En général, je suis fier de l'impact global que notre programme d'enseignement supérieur a produit en termes de santé et de moyens de subsistance des communautés dans ces zones reculées et mal desservies.

Pour soutenir la réplication plus large du modèle PHE, Blue Ventures a créé le réseau PHE qui joue un rôle énorme en rassemblant les organisations de conservation et de santé et en plaidant pour une programmation PHE intégrée aux niveaux communautaire, régional et national. En tant qu'organisation semi-autonome, nous avons pu travailler avec le réseau pour augmenter notre portée et renforcer la capacité d'un plus grand nombre d'organisations pour une programmation SPE intégrée. Elle compte actuellement environ 60 organisations membres.

Quelles sont les leçons importantes que vous avez tirées de vos expériences de travail intersectoriel ?

L'une des principales leçons que j'ai apprises est qu'il est très important d'avoir une perspective holistique dans nos domaines de travail respectifs. Je pense que beaucoup de programmes et d'organisations ne tiennent pas compte d'autres problèmes d'autres secteurs qui pourraient affecter leur secteur et qui, s'ils étaient traités conjointement, auraient un impact positif sur les deux secteurs. Il est essentiel d'entreprendre une formation croisée PHE - apportant la conservation et la santé les partenaires, le gouvernement et la communauté dans une même pièce pour discuter et expliquer les liens entre les programmes de santé et d'environnement.

J'ai également appris qu'au lieu de dire que cela ne peut pas fonctionner, essayez de mesurer pour établir la preuve que ce n'est pas le cas. Au bout du compte, il y aurait quand même un impact positif, que ce soit du côté de la santé ou de la conservation. L'autre chose que j'ai apprise, c'est le pouvoir des partenariats. Ils sont très importants. 

Y a-t-il autre chose que vous vouliez partager à propos de votre travail, quelque chose que vous pensez qu'il serait bon de souligner ?

Nous essayons continuellement d'affiner nos outils et nos processus. Je soulignerai trois outils essentiels à notre travail sur lesquels nous avons travaillé. Nous essayons de rationaliser notre processus de cadrage des partenaires (que j'ai décrit ci-dessus) en développant un outil de cadrage des partenaires standardisé. 

Nous travaillons également sur un «outil d'aide à la décision de partenariat SPE» qui chevauche l'outil de cadrage dans quelques domaines mais dont l'objectif principal est de nous aider à prendre la décision initiale quant à savoir s'il est nécessaire d'entreprendre un projet HE. Certains des critères que nous examinons incluent l'étendue du besoin de santé non satisfait et s'il pourrait affecter, d'une manière ou d'une autre, la résilience des communautés et leur capacité à s'engager dans des efforts de conservation. À cet égard, nous évaluons également dans quelle mesure nous pouvons répondre à ce besoin et comment nous pouvons impliquer d'autres partenaires. Puisqu'il s'agit d'un projet HE, nous évaluons également la volonté et la capacité du partenaire de conservation à collaborer avec un partenaire de santé. 

Nous travaillons également à rationaliser notre processus de collecte de données et à développer des outils qui nous aideront à obtenir le plus d'informations possible de la communauté grâce à un outil d'évaluation des besoins en matière de santé. Fondamentalement, ces outils nous donneraient une meilleure compréhension des besoins de santé de la communauté et nous guideraient tout au long du processus de cadrage des partenaires.

Kristen Krueger

Conseiller technique en utilisation de la recherche, FHI 360

Kirsten Krueger est conseillère technique en utilisation de la recherche pour le groupe Santé mondiale, population et nutrition de FHI 360. Elle est spécialisée dans la conception et la conduite d'activités d'utilisation des données probantes à l'échelle mondiale et dans la région Afrique pour accélérer l'adoption de pratiques fondées sur des données probantes grâce à des partenariats étroits avec des donateurs, chercheurs, responsables des politiques de santé et gestionnaires de programmes. Ses domaines d'expertise comprennent la planification familiale/santé reproductive, l'accès communautaire à la contraception injectable, le changement de politique et le plaidoyer, et le renforcement des capacités.

Elisabeth Tully

Agent principal de programme, Knowledge SUCCESS / Johns Hopkins Center for Communication Programs

Elizabeth (Liz) Tully est agente principale de programme au Johns Hopkins Center for Communication Programs. Elle soutient les efforts de gestion des connaissances et des programmes et les collaborations en partenariat, en plus de développer du contenu imprimé et numérique, y compris des expériences interactives et des vidéos animées. Ses intérêts incluent la planification familiale/santé reproductive, l'intégration de la population, de la santé et de l'environnement, et la distillation et la communication d'informations dans des formats nouveaux et passionnants. Liz est titulaire d'un BS en sciences de la famille et de la consommation de l'Université de Virginie-Occidentale et travaille dans la gestion des connaissances pour la planification familiale depuis 2009.