Tapez pour rechercher

En profondeur Temps de lecture: 4 minutes

Favoriser le changement : briser les normes de genre grâce à la masculinité positive en RDC

L'approche transformatrice de YARH-RDC pour impliquer les hommes dans l'élimination des barrières liées au genre


Dévoiler les inégalités de genre en RDC : le rôle de la culture patriarcale

Engager les hommes et les garçons dans la promotion de l’égalité des sexes repose sur la conviction que parvenir à la parité entre les sexes implique de transformer les dynamiques de pouvoir inégales existantes entre les hommes et les femmes. En République démocratique du Congo (RDC), en particulier dans la région du Nord-Kivu ravagée par la guerre, la persistance d'une culture patriarcale est l'un des principaux facteurs de violations des droits des femmes. Les cas de violence contre les femmes et les filles sont répandus à tous les niveaux de la société, notamment dans le camps de personnes déplacées de l’est de la RDC, où l’impact de la guerre intensifie les inégalités existantes parmi les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI). Diverses formes de violence, telles que le viol, les violences physiques, le harcèlement, la discrimination et l'exploitation sexuelle, perpétuent le déni de dignité des femmes et des filles. Cet article souligne la nécessité cruciale de répondre aux besoins spécifiques des femmes et des filles, en mettant l'accent sur les réponses sensibles au genre dans les contextes humanitaires afin de renforcer les cadres de responsabilité contre la violence basée sur le genre et d'améliorer l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR).

Masculinité positive : remettre en question les normes et favoriser le changement

La masculinité positive implique de remettre en question les notions préconçues sur la masculinité et concepts traditionnels de la virilité. Cela oblige les hommes à évaluer de manière critique la dynamique du pouvoir dans leurs actions et leurs paroles aux niveaux personnel, interpersonnel et sociétal, favorisant ainsi un sentiment de responsabilité pour un changement significatif. Les hommes et les garçons, qui détiennent souvent le pouvoir de décision, ont été identifiés comme des obstacles à l'accès des filles et des femmes aux services de santé sexuelle et reproductive, y compris aux choix de planification familiale.

Dans les contextes humanitaires du Nord-Kivu, les Alliance des jeunes pour la santé reproductive (YARH-RDC) engage activement les hommes dans des sphères traditionnellement dominées par les hommes, dans le but de susciter un changement social en remettant en question les normes de genre qui nuisent à l'autonomisation des femmes. YARH-RDC utilise une approche fondée sur des données probantes visant à transformer les perceptions néfastes de la santé reproductive et des masculinités, tout en plaidant pour un accès accru aux services de SSR, y compris les méthodes contraceptives.

En guidant les hommes et les garçons dans un parcours transformateur, cette initiative promeut un style de vie reflétant une masculinité positive et reconnaît l'autonomie corporelle des femmes. De petits groupes se réunissent chaque semaine pendant trois semaines dans les communautés, les dirigeants communautaires (Mashujaa) facilitant les discussions au cours des deux premières semaines en groupes non mixtes et de la troisième semaine en groupes mixtes. Reconnaissant le potentiel des hommes et des garçons à contribuer à la santé et aux droits des femmes et des filles, en mettant en œuvre un approche transformatrice en matière de genre dans les contextes humanitaires, il devient impératif de lutter contre les inégalités entre les sexes, de modifier les normes, les rôles et les relations de genre préjudiciables et de lutter vers une plus grande redistribution équitable du pouvoir, Ressources, Et services.

YARH-DRC completing a training in a classroom
YARH-RDC termine une formation transformatrice dans une salle de classe en RDC.

« Nous avons reçu des informations sur la masculinité positive, une formation qui nous a beaucoup aidé et a contribué à apporter un changement positif dans ma vie. J'ai été formé en tant que champion pour engager les hommes et les garçons dans des dialogues pour la transformation du genre et nous avons constaté des changements positifs comme auparavant, où nous ne permettions pas à nos femmes d'accéder aux services de planification familiale car nous voulons plus d'enfants, mais imaginez avec la situation dans les camps. sans emploi, sans endroit où dormir, avoir davantage d'enfants qui n'ont pas les moyens de répondre à leurs besoins fondamentaux comme la nourriture et l'éducation nous mettra dans une situation difficile.» Camp de déplacés Bahati-Bulengo.

Les interventions axées sur les hommes et les garçons peuvent élargir les possibilités de remettre en question les normes de genre et les idéaux masculins qui peuvent entraver la santé sexuelle et reproductive et mobiliser les progrès en matière d'inégalité entre les sexes dans les contextes humanitaires où la violence sexiste est un problème. 

« Avant, je savais que le rôle d'une femme se limitait à être mère et à subvenir à certains besoins de la famille, mais je ne savais pas que les hommes et les femmes pouvaient s'entraider. J'ai appris à être un champion de la masculinité positive. Je vais inciter les hommes et les garçons à soutenir les femmes et les filles alors que nous promouvons la santé sexuelle et reproductive, en prévenant la violence sexiste envers nos femmes. – Baraka PDI à Kanyaruchinya.

Approches transformatrices dans les contextes humanitaires : le rôle des hommes et des garçons

Face aux conditions humanitaires dans la région orientale de la RDC, l'approche de masculinité positive s'est avérée efficace pour éliminer les obstacles à l'accès aux services de SSR, en particulier la planification familiale, pour les filles et les femmes dans les camps de personnes déplacées. Les interventions impliquant les hommes et les garçons doivent être intentionnellement orientées vers la promotion de l’égalité entre les sexes, en remettant explicitement en question les normes de genre néfastes, notamment la masculinité toxique, et en démantelant les structures de pouvoir inégales qui privilégient les hommes tout en subordonnant les femmes et les filles.

Les hommes et les garçons sont des alliés essentiels dans cette entreprise, jouant divers rôles en tant qu'utilisateurs des services de SSR, décideurs et contributeurs à l'amélioration de l'accès aux services de SSR, y compris les méthodes de planification familiale et la prévention et le traitement des infections sexuellement transmissibles. Reconnaissant leur importance en tant que partenaires, YARH-RDC implique activement les hommes et les garçons pour briser les perspectives limitantes et promouvoir l'équilibre dans les communautés en proie aux inégalités. Changer de perspective implique de travailler en collaboration avec les hommes et les garçons pour changer activement leurs rôles dans la promotion de la SSR, garantissant ainsi un meilleur accès à l’information et aux services pour tous.

Pour mettre en œuvre des approches transformatrices en matière de genre, YARH-RDC a entrepris plusieurs initiatives, notamment :

  1. Génération de sensibilisation : Répondre à la nécessité d’une sensibilisation accrue à l’ampleur de la violence sexiste et des stéréotypes dans les domaines de mise en œuvre ciblés.
  1. Espaces sécurisés et services confidentiels : Répondre au besoin d’un environnement sécurisé en créant des espaces sûrs et des services confidentiels pour les survivants de violences.
  1. Soutien holistique aux survivants de la violence : Reconnaître les besoins multiformes des survivants de violences et fournir non seulement une assistance juridique et médicale, mais également un soutien socio-économique.
  1. Soutien financier communautaire : Permettre aux survivants d’accéder à une aide d’urgence via un fonds d’assurance de base, répondant à leurs besoins financiers urgents.

De plus, les initiatives de plaidoyer et de campagne peuvent mobiliser davantage les dirigeants communautaires et les travailleurs humanitaires pour lutter contre les masculinités qui entravent le soutien des femmes et des filles dans l'accès aux services de SSR. En répondant aux besoins critiques, YARH-RDC vise à créer un système de soutien complet pour les survivantes de violences basées sur le genre, garantissant ainsi leur rétablissement et leur autonomisation.

Engager les hommes et les garçons dans les dialogues communautaires remet en question les normes sociales, la stigmatisation, la discrimination et les attitudes, favorisant une approche transformatrice des rôles et des stéréotypes de genre. En encourageant les hommes à devenir des défenseurs du genre et à dénoncer activement la discrimination et les inégalités, l'initiative vise à donner aux hommes et aux femmes des informations précises sur les soins de santé reproductive, au profit de l'ensemble de la communauté.

Vous aimez cet article et souhaitez le mettre dans vos favoris pour y accéder facilement plus tard ?

Sauvegarde ça article sur votre compte FP Insight. Vous n'êtes pas inscrit ? Rejoindre plus de 1 000 de vos collègues FP/RH qui utilisent FP Insight pour trouver, enregistrer et partager sans effort leurs ressources préférées.

Simon Bine Mambo, MD, MPH

Directeur Exécutif YARH-RDC

Simon est médecin, chercheur et défenseur de la santé et des droits sexuels et reproductifs des jeunes. Son objectif quotidien est de contribuer à la qualité de vie des jeunes par le plaidoyer et la promotion des services de santé. Jeune champion de la PF, Simon est co-fondateur et directeur exécutif de l'Alliance des jeunes pour la santé reproductive (YARH-RDC) en République démocratique du Congo. Il a publié plusieurs articles dans des revues à comité de lecture. Il consacre son temps à la recherche, à promouvoir une santé de qualité et le bien-être des jeunes dans des contextes fragiles et humanitaires.

Kiya Myers, députée

Rédacteur en chef, Knowledge SUCCESS

Kiya Myers est la rédactrice en chef du site Web de Knowledge SUCCESS. Elle était auparavant rédactrice en chef des revues CHEST à l'American College of Chest Physicians, où elle a travaillé à la transition des plateformes de soumission de manuscrits et a lancé deux nouvelles revues uniquement en ligne. Elle a été rédactrice en chef adjointe de l'American Society of Anesthesiologists, chargée de réviser la chronique « Science, Medicine, and Anesthesiology » publiée mensuellement dans Anesthesiology et de garantir le respect des politiques d'évaluation par les pairs par les évaluateurs, les rédacteurs associés et l'équipe éditoriale. Elle a facilité le lancement réussi de Blood Podcast en 2020. En tant que présidente du sous-comité des podcasts du comité de développement professionnel du Council of Science Editors, elle a géré le lancement réussi du podcast CSE SPEAK en 2021.