Tapez pour rechercher

En profondeur Temps de lecture: 6 minutes

L'impact croissant de l'écart numérique entre les sexes

Considérations d'équité pour les technologies numériques pour la planification familiale pendant la COVID-19 et au-delà

La course à l'adaptation au COVID-19 a entraîné un passage aux formats virtuels pour la formation en soins de santé et la prestation de services. Cela a amplifié la dépendance aux technologies numériques. Qu'est-ce que cela signifie pour les femmes cherchant des services mais n'ayant pas la connaissance et l'accès à ces technologies?

La pandémie de COVID-19 a accéléré l'adoption de solutions numériques dans les programmes de planification familiale, déplacer de nombreux services vers des formats numériques sur les téléphones mobiles et autres appareils (souvent appelé mHealth ou santé numérique). De nombreuses approches et adaptations réussies seront probablement intégrées dans la mise en œuvre de la planification familiale, mesure des données, et suivi, même lorsque l'emprise de la pandémie sur notre vie quotidienne diminue. Bien que ces innovations puissent aider à soutenir les progrès du programme (voir Applications des pratiques à fort impact en planification familiale pendant COVID-19, 2020: Un cours intensif d'adaptation, cet enregistrement d'une session à la Conférence internationale sur la planification familiale, et Une pandémie dans une pandémie), nous ne pouvons pas oublier comment ces approches recoupent les inégalités en santé mondiale. La course à l'adaptation au COVID-19, et le passage aux formats virtuels qui en a résulté pour la formation en soins de santé et la prestation de services a amplifié le recours aux technologies numériques. Qu'est-ce que cela signifie pour les femmes recherchant des services mais n'ayant pas accès à ces technologies et n'en ayant pas connaissance? Avons-nous permis à l'écart numérique entre les sexes de devenir encore plus exclusif? Nous avons discuté de ces questions avec quelques experts dans ce domaine. Ils ont partagé des conseils que les responsables de la mise en œuvre peuvent prendre en compte lorsqu'ils adoptent des solutions numériques pour la planification familiale dans le contexte de l'écart numérique entre les sexes..

L'écart numérique entre les sexes

Nous connaissons un écart numérique entre les sexes impacte l’accès et la capacité des femmes à utiliser les technologies numériques, y compris les smartphones, des médias sociaux, et internet. Ce problème exacerbe également les inégalités existantes, y compris la pauvreté, éducation, et l'accès géographique. L'écart numérique entre les sexes est pire pour les femmes qui ont des niveaux d'éducation inférieurs, faible revenu, sont plus âgés, ou vivent en milieu rural. À travers le bas- et pays à revenu intermédiaire, ceux d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud sont confrontés aux défis les plus importants en matière de connexion à la technologie numérique. En Asie du Sud, il y a 65% possession d'un téléphone portable, avec un 23% écart entre les sexes dans la propriété, laissant jusqu'à 203 millions de femmes incapables de accéder à un téléphone portable et services numériques associés (voir la figure ci-dessous). En plus des lacunes dans la possession de téléphones mobiles, il y a aussi un écart dans l'utilisation de l'Internet mobile. Par exemple, au Bangladesh, Il y a un 52% écart entre les sexes dans l'utilisation de l'Internet mobile. Cet écart d'utilisation est 29% au Nigéria et 48% en Ouganda (Rapport GSMA sur l'écart entre les sexes sur mobile, 2020).

Source du chiffre: Rapport GSMA sur l'écart entre les sexes sur mobile (2020)

Une variété de facteurs potentiels, y compris les normes sociales et l'abordabilité, entre autres, contribuer à l'écart numérique entre les sexes. Pour les générations, les normes sociales ont désigné les hommes comme responsables des aspects technologiques de la vie quotidienne, reléguant de nombreuses femmes à des rôles domestiques non technologiques. Les normes sociales qui influencent le fait qu'une femme reçoive des études supérieures ou qu'elle puisse conserver un emploi en dehors du foyer ont également un impact sur l'utilisation de la technologie numérique.

En général, les médias sociaux peuvent ne pas être l'espace le plus accueillant pour les femmes en raison du harcèlement incontrôlé dans les espaces en ligne où les normes de genre et la violence sont perpétuées. En Inde, 58% des femmes signalent des expériences de harcèlement en ligne, et 40% réduit leur utilisation de l'appareil ou supprimé des comptes en conséquence car partagés dans ce Le sexe & Webinaire numérique. Un présentateur à ce webinaire, Kerry Scott, professeur associé à la Johns Hopkins School of Public Health (JHSPH), rappelle que le coût d'entretien d'une ligne téléphonique peut être prohibitif. Dans certains cas, les femmes peuvent changer régulièrement de numéro de mobile pour obtenir des tarifs plus avantageux, ce qui peut entraîner une déconnexion des services et ressources pertinents.

Les jeunes femmes regardent leur téléphone portable. Crédit photo: Crédit: Simone D. McCourtie/Banque mondiale
Crédit: Simone D. McCourtie/Banque mondiale

Posséder un téléphone relativement faible, accès Internet, et la présence des médias sociaux signifient que les femmes ont déjà des options limitées pour accéder et partager des informations en ce qui concerne leur santé. Le problème n'est aggravé que lorsque cette barrière croise d'autres facteurs, comprenant:

  • Revenu.
  • Géographie.
  • Niveaux d'éducation.

L'accès numérique limité s'est traduit par des obstacles à l'accès aux informations sur la planification familiale. Par exemple, Don d'Edeh, fondateur de la Initiative d'autonomisation des filles assez forte, observe en travaillant au Nigeria que les jeunes filles peuvent se voir interdire par leurs parents d'utiliser les médias sociaux. Cela leur fait passer à côté d'informations et de connaissances importantes liées à la planification familiale, entre autres sujets..

L'écart numérique entre les sexes renforce iniquité dans la gestion des connaissances pour la santé mondiale. Les plateformes numériques elles-mêmes reflètent les préjugés sexistes: Les hommes sont les premiers acteurs de leur développement et de leur conception. Les femmes ne sont pas nécessairement destinées à être l'utilisateur cible. Ce, lorsqu'il est combiné avec les obstacles à l'accès à ces plates-formes, peut avoir un effet boule de neige qui perpétue l'écart. L'écart numérique entre les sexes s'étend à de nombreux domaines et populations, posant un sérieux défi aux concepteurs et aux exécutants du programme.

L'écart numérique entre les sexes et COVID-19: Qu'est-ce que cela signifie pour l'accès aux informations et aux services de planification familiale?

Alors que de nombreux programmes de planification familiale avaient déjà adopté la technologie numérique pour prendre en charge certaines tâches de prestation de services, comme le conseil, suivi, et référence, ce changement s'est accéléré pendant la pandémie de COVID-19. Les décideurs envisagent-ils les lacunes dans l'accès et l'utilisation des technologies numériques alors que ce changement se poursuit? Les chercheurs et praticiens de mHealth avec lesquels nous avons parlé ont averti que les programmes, Stratégies, et les adaptations générales de COVID-19 peuvent faire plus pour combler l'écart numérique entre les sexes. Par exemple, une adaptation commune est des permanences téléphoniques pour discuter des options de planification familiale avec un conseiller, mais ces permanences téléphoniques sont-elles accessibles aux femmes rurales? Par des femmes peu formées à l'utilisation d'un téléphone portable? Par les femmes dont les maris contrôlent leur utilisation du téléphone? Ce sont des questions importantes auxquelles nous devons réfléchir lors de la mise en œuvre d'une adaptation numérique.

Innovations en santé numérique servira au mieux les clients et les prestataires de soutien uniquement si des mesures sont prises pour assurer l'équité dans la mise en œuvre. Reconnaître comment votre programme de planification familiale peut intégrer des concepts et des stratégies équitables entre les sexes aidera à réduire les effets d'exclusion de l'écart numérique entre les sexes.

Pleins feux sur le programme: L'alphabétisation numérique pour démanteler les inégalités de genre

le Initiative d'autonomisation des filles assez forte (SEGEI) s'associe à une organisation non gouvernementale au Nigeria sur le projet « Girl Advocates for Gender Equality ». Ensemble, ils s'entraînent 36 des adolescentes à travers le Nigéria pour participer à des sessions de mentorat WhatsApp toutes les deux semaines sur des sujets tels que:

  • Sexuel- et la violence sexiste.
  • Éducation des filles, littératie financière.
  • Les femmes en leadership.
  • Science, La technologie, ingénierie, et maths (TIGE).

Les filles utilisent leurs téléphones pour capturer des photos et des vidéos de sensibilisation à d'autres filles en dehors du programme, créer une cascade d'apprentissage dans leurs communautés. Voir certains de leurs messages sur Instagram.

La santé numérique au milieu d'un écart numérique entre les sexes: Comment s'adapter efficacement

Voici d'autres courts- et les changements à long terme que votre programme peut apporter pour intégrer les considérations de genre dans la santé mobile. (Francesca Alvarez, IGWG; Don d'Edeh, SSEG; Erin Portillo, ACTION révolutionnaire; et Kerry Scott, JHSPH, contribué à ces conseils.)

Modifications à court terme à apporter/considérations

  • Incluez une composante de littératie numérique dans votre intervention avant de déplacer les services vers des formats numériques. Comprendre le niveau de compétence et les besoins d'accès aux technologies numériques de votre groupe cible.
  • Engager les hommes! Pensez-y: Si les hommes s'engagent dans les médias sociaux et utilisent le téléphone, les programmes de planification familiale devraient les cibler à la fois en tant qu'utilisateurs de la planification familiale et en tant que partenaires. Erin Portillo a cité le manque relatif d'activités numériques axées sur les besoins des hommes en matière de planification familiale. Étant donné que les hommes sont les plus susceptibles d'être en ligne, les programmes devraient tirer parti des espaces en ligne pour envoyer des messages sur les comportements de planification familiale équitables en termes de genre. Regarde ça étude de cas du Compendium sur la santé numérique à propos d'un programme de télésanté en Ouganda qui relie les hommes à des informations sur la contraception moderne.
  • Considérez un téléphone mobile comme un appareil partagé entre partenaires, et jouer sur les points forts de cela. Cela pourrait signifier que les partenaires utilisent leurs téléphones ensemble pour obtenir des informations sur la planification familiale ou rechercher des services via des sessions de télésanté conjointes (Le sexe & Webinaire numérique).
  • Appel à des « espaces sûrs » en ligne où le harcèlement n'est pas toléré. Engager des influenceurs locaux pour aider à véhiculer ce concept (Le sexe & Webinaire numérique).

Changements à long terme à apporter/considérations

  • Considérez qui peut être exclu de votre intervention numérique. Il n'y a probablement pas que les femmes. Pensez à d'autres facteurs socio-économiques, comprenant: niveau d'éducation, résidence rurale/urbaine, Et l'âge, pouvant entraver l'accès à la santé. Par exemple, pour répondre au point d'Onyinye sur les jeunes dans la planification familiale, essayer intentionnellement de rendre les espaces en ligne plus conviviaux pour les jeunes.
  • Tenir compte des barrières linguistiques sur les plateformes mobiles. Kerry Scott a expliqué comment ceux-ci deviennent exclusifs, surtout pour les plus pauvres, femmes âgées qui n'ont jamais quitté leur communauté. Un bon programme mHealth doit tenir compte de la diversité linguistique.
  • Collecter plus de données ventilées par sexe. Les enquêtes démographiques et de santé (DHS) questions récemment ajoutées sur l'utilisation du téléphone, ce qui est un excellent point de départ pour comprendre les écarts potentiels entre les sexes. Concevoir une collecte de données qui pose des questions liées à la littératie numérique et à l'accès, et inclut aussi les adolescents.
  • Sensibiliser les prestataires de soins de santé aux problèmes liés à l'écart numérique entre les sexes. Offrir une formation sur la littératie numérique aux prestataires de planification familiale, y compris comment parler avec les clients de l'utilisation de leurs téléphones pour rechercher des informations et des services, et comment reconnaître quand des obstacles empêchent leurs clients d'accéder à ce dont ils ont besoin.
  • Concevoir des interventions qui s'attaquent aux causes profondes de l'écart numérique entre les sexes: Les normes sociales contextuelles ainsi que les facteurs économiques et culturels. Appliquer des approches intersectionnelles pour surmonter les multiples obstacles auxquels les femmes de différentes identités et origines sont confrontées.

Alors, L'écart numérique entre les sexes est-il devenu encore plus exclusif? Nous dirions qu'il a. L'écart numérique entre les sexes lui-même n'a peut-être pas augmenté (de nombreuses femmes ont peut-être plus accès aux technologies numériques aujourd'hui qu'il y a cinq ans), mais la nature de l'écart a évolué de sorte que l'impact de ne pas avoir accès crée des inconvénients plus importants qu'auparavant. Maintenant, ne pas avoir de téléphone ou savoir comment l'utiliser pourrait signifier qu'une femme a moins d'opportunités d'obtenir des informations sur les services de planification familiale dans sa région, tandis que ceux qui peuvent participer pleinement aux espaces numériques peuvent mieux répondre à leurs besoins et objectifs en matière de santé reproductive.

Les experts avec qui nous avons parlé nous ont rappelé que mHealth n'est pas une « solution miracle ». Santé numérique, s'il est mis en œuvre parallèlement à des programmes de renforcement des systèmes de santé plus vastes, peut être transformateur. Mais le plein bénéfice de cette transformation ne viendra que si l'écart numérique entre les sexes est pris en compte et que des mesures sont prises pour atténuer son impact sur l'accès et l'utilisation des technologies de santé numériques par les femmes.. Cela devrait faire partie d'une solution, capitaliser sur les relations et les forces existantes, pas une innovation isolée.

Suggestions de lectures complémentaires:

L'impact croissant de l'écart numérique entre les sexes
Natalie Apcar

Agent de programme, KM et communications, SUCCÈS DES CONNAISSANCES

Natalie Apcar est agente de programme au Johns Hopkins Center for Communication Programs, soutenir les activités de partenariat de gestion des connaissances, création de contenu, et communications pour le SUCCÈS des connaissances. Natalie a travaillé pour une variété d'organismes à but non lucratif et a acquis une expérience en planification, la mise en oeuvre, et suivi des programmes de santé publique, y compris l'intégration du genre. Les autres intérêts comprennent le développement mené par les jeunes et la communauté, dans laquelle elle a eu la chance de s'engager en tant que Volontaire du Corps de la paix américain au Maroc. Natalie a obtenu un baccalauréat ès arts en études internationales de l'Université américaine et une maîtrise en sciences du genre, Développement, et mondialisation de la London School of Economics and Political Science.

Haley Brahmbhatt

Analyste des politiques - Programmes internationaux, PRB

Haley Brahmbhatt a rejoint PRB en 2021 en tant qu'analyste des politiques dans les programmes internationaux, mettant l'accent sur la planification familiale et les initiatives de plaidoyer multisectorielles, et soutenir les activités du projet PACE autour de la santé numérique. Avant de rejoindre PRB, elle a travaillé avec le Gates Institute for Population and Reproductive Health sur le programme Advance Family Planning ainsi qu'avec l'International Vaccine Access Center. Brahmbhatt a une riche expérience à la fois dans la recherche et le plaidoyer, y compris le travail sur les troubles liés à l'utilisation d'opioïdes, origines fœtales de la maladie, et programmes de santé communautaires. Elle est titulaire d'une maîtrise ès sciences en santé publique de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health in Population, Santé familiale et reproductive avec un certificat en santé mondiale, et un baccalauréat en sciences politiques et neurosciences de l'Université de Pennsylvanie.

Histoires liées

1.7K vues
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social