Tapez pour rechercher

Séminaire en ligne Temps de lecture: 13 minutes

REPRENDRE: « Une introduction aux engagements FP2030 »

Eléments de la boite à outils d’orientation des engagements FP2030

« Une introduction aux engagements FP2030 » a lancé le processus de prise d’engagement FP2030. Il a été présenté par des conférenciers et des modérateurs de FP2030 — Katie Wallner, Beth Schlachter, Amelia Clark, Marie Bâ de l’UCPO et Guillame Debar. Les panélistes étaient Mme Fatou Diop, point focal jeunes et FP2030 pour le Sénégal, membre de l’Alliance Nationale des Jeunes pour la Santé de la Reproduction et la Planification Familiale (ANJ); Dr. Ben Moulaye Idriss, point focal du gouvernement pour FP2030 et le PO au Mali, Conseiller Technique, Chargé de la SRPF/MS, ministère de la Santé et des Affaires Sociales ; M. Soumaila Moro, Coordinateur Pays, Coalition OSC / PF, Mali; Dr Vololoniaina Rasoanandrasana, Chargée de gestion de la chaîne d’approvisionnement des contraceptifs, ministère de la Santé Publique, Madagascar; et M. Célestin Compaoré, Directeur régional du projet DMPA-SC, Jhpiego.

Vous pouvez visionner l’enregistrement sur YouTube ou télécharger les diapositives à partir du site Web de FP2030.

Cet article a été initialement publié en anglais. Cliquez ici pour lire la version anglaise.

Regarder maintenant : 3:27

Beth Schlachter, Directeur exécutif, a souhaité la bienvenue aux participants et a commenté l’importance des engagements envers le partenariat FP2030: « Les engagements sont vraiment au cœur de ce que nous faisons. C’est l’articulation du désir de chacun dans son propre contexte, élargir l’accès à la contraception, qui nous rassemble tous, et c’est vraiment l’esprit qui anime le partenariat. » Elle a présenté la boîte à outils des engagements FP2030, et a souligné que FP2030 continuera à l’affiner dans les mois à venir.

Présentation de la boîte à outils des engagements FP2030

Regarder maintenant : 3:58 – 7:08

Katie Wallner, Gestionnaire pays francophones, FP2030 a donné un aperçu de la Boîte à outils des engagements FP2030 — Un outil en ligne conçu grâce à une collaboration approfondie avec la communauté mondiale de la planification familiale. Conçu pour les partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux, c’est une ressource complète qui s’appuie sur les leçons tirées du partenariat FP2030.

La boîte à outils exprime la valeur d’un engagement FP2030, fournit des exemples de bonnes pratiques pour renforcer l’appropriation et le contenu des engagements, recommande des étapes pour prendre et lancer un engagement, et suggère des actions pour favoriser et renforcer la responsabilisation.

La boîte à outils exprime la valeur d’un engagement FP2030, fournit des exemples de bonnes pratiques pour renforcer l’appropriation et le contenu des engagements, recommande des étapes pour prendre et lancer un engagement, et suggère des actions pour favoriser et renforcer la responsabilisation.

Dilly Severin prend la parole lors du webinaire «Introduction aux engagements FP2030»

Le processus de prise d’engagement FP2030:

  • Reflète le mandat du nouveau partenariat dirigé et impulsé par les pays
  • S’assure que les engagements sont d’abord annoncés dans le pays, puis célébrés aux niveaux mondial et régional
  • Favorise l’inclusion, transparence, et responsabilité
  • Continue d’être ancré dans les données et les principes fondés sur les droits
  • Encourage l’alignement sur les cadres nationaux et mondiaux

La boîte à outils se trouve à l’adresse engagements.fp2030.org.

Aperçu des engagements des gouvernements nationaux

Regarder maintenant : 7:11 – 15:47

Katie Wallner, Gestionnaire pays francophones, FP2030 a également présenté aux participants les principaux aspects des conseils de la boîte à outils en ligne.

Pourquoi un pays devrait-il s’engager dans le partenariat FP2030?

  • Aider à accélérer les progrès mondiaux sur la couverture sanitaire universelle et les objectifs de développement durable (IMPAIR)
  • Pour accroître la visibilité des efforts de votre pays, et apprendre et échanger avec les autres.
  • Collaborer avec une communauté mondiale de leaders, experts, défenseurs, et les exécutants pour éliminer les obstacles à l’accès et à l’utilisation des contraceptifs modernes.

La boîte à outils formulaire d’engagement du gouvernement a trois sections principales: 1) énoncé de vision; 2) objectifs; et 3) approche de responsabilité.

Il y a neuf étapes à considérer pour s’engager, que chaque comité peut adapter à ses besoins.

9 étapes à prendre en considération pour prendre un engagement
9 étapes à prendre en considération pour prendre un engagement (pour les gouvernements)

La boîte à outils fournit également un contexte et des recommandations sur des sujets thématiques clés qui éclairera la prise d’engagement – par exemple, financement intérieur; préparation aux urgences, réponse, et résilience; et les jeunes et les adolescents.

Cinq premières étapes pour s’engager

Regarder maintenant : 15:48 – 20:43

La première étape: Identifier les principales parties prenantes et créer un plan d'engagement des parties prenantes

Cette étape commence souvent par l’établissement d’un comité directeur d’engagement inclusif — ou en travaillant avec un groupe de travail technique sur la planification familiale existant avec des termes de référence clairs. Il est essentiel d’inclure la contribution et la voix des OSC et des jeunes dans ce comité. Cela favorise un sentiment de partenariat, transparence, et inclusivité, et établit la confiance, leadership partagé, et responsabilité mutuelle tout au long du processus d’engagement.

Deuxième étape: Sécuriser l'adhésion des décideurs gouvernementaux

Obtenir l’adhésion des décideurs gouvernementaux, en particulier des ministères non liés à la santé (par exemple, éducation)—Est stratégiquement important pour le développement d’un engagement fort. Impliquer les parties prenantes gouvernementales à tous les niveaux, et dans plusieurs ministères, assureront leur participation tout au long de la rédaction des engagements, lancement, et mise en œuvre. De nombreux pays ont déjà de solides partenariats intra-gouvernementaux / interministériels pour les priorités en matière de santé.

Troisième étape: Envisager l'élaboration d'une feuille de route complète du processus d'engagement

Une feuille de route pour le processus d’engagement vous permettra de hiérarchiser les activités avec les parties prenantes du développement afin de guider le processus d’engagement transparent et complet d’un pays. Il aide également à définir les rôles et les responsabilités, et sert d’outil de communication de haut niveau pour partager le processus et le calendrier avec les parties prenantes concernées. Envisagez un séquençage réaliste, Horaire, et niveau d’effort, et ressources pour les parties prenantes. Il est également important de prendre en compte tout autre domaine, alignement ou engagement — plans au niveau national, Engagements CIPD + 25, etc.

La boîte à outils en ligne a un modèle basé sur Excel pour une feuille de route d’engagement.

Quatrième étape: Examiner les progrès des engagements précédents

Il est important de passer en revue les progrès accomplis à ce jour pour déterminer les principaux succès et les domaines à explorer davantage. Les données et analyses sont disponibles sur le Piste20 et FP2030 sites Web — y compris une analyse approfondie des taux de prévalence de la contraception moderne, taux de contraception post-partum, et mélange de méthodes contraceptives. Les engagements fondés sur les données contribueront à accroître la transparence et le sentiment d’appropriation parmi les partenaires au niveau des pays.

Cinquième étape: Rédiger un énoncé de vision et fixer des objectifs d'engagement

Cette étape s’appuie sur les activités des étapes précédentes. Vous pouvez trouver des conseils plus détaillés dans le formulaire d’engagement du gouvernement, sur le site Web de la boîte à outils de l’engagement.

Engagements des acteurs non étatiques

Regarder maintenant : 20:53 – 35:05

Guillaume Debar, Consultant FP2030 a donné un aperçu des engagements non gouvernementaux FP2030. Elle a souligné les quatre types d’engagement des parties prenantes non gouvernementales:

  1. Principaux responsables de l’engagement national et mondial
  2. Partie des mécanismes nationaux de responsabilisation
  3. Bénéficiaires d’un soutien financier et technique
  4. Des experts techniques fournissant des commentaires sur les aspects clés des engagements

Comme pour les gouvernements, les acteurs non gouvernementaux doivent prendre en compte neuf étapes lorsqu’ils s’engagent.

9 étapes à prendre en compte pour prendre un engagement
9 étapes à prendre en compte pour prendre un engagement (pour les acteurs non-gouvernementaux)

La responsabilité est intégrée dans les directives d’engagement pour les décideurs d’engagement gouvernementaux et non gouvernementaux. Les deux piliers de cette approche de responsabilisation sont: suivi annuel des progrès (axé sur l’auto-déclaration annuelle simplifiée) et opportunités d’apprentissage (faciliter les opportunités continues pour les décideurs d’apprendre les uns des autres). Les indicateurs clés des auto-rapports seront à la fois quantitatifs et qualitatifs.

FP2030 travaille également actuellement avec la Fondation de la famille Kaiser pour fournir des conseils pour gouvernements donateurs. FP2030 recommande aux donateurs d’établir une base de référence représentant leur assistance actuelle en matière de SSR – y compris la planification familiale. Ils encouragent les donateurs à communiquer le montant et la période de financement de la SSR, et détails sur le financement (pays prioritaires, populations, domaines de programme, etc.).

Contribution du Partenariat de Ouagadougou (PO) dans le processus global de réengagement

Regarder maintenant : 35:49 – 49:40

Marie Bâ, directrice de l’Unité de Coordination du Partenariat de Ouagadougou (UCPO) est revenu sur le fait qu’au niveau de l’UCPO, les engagements sont des facteurs fondamentaux et un élément essentiel, pour permettre non seulement de planifier mais aussi de pouvoir réajuster le tir au niveau des pays, au niveau de la société civile par rapport aux plans qui sont faits dans les différents pays et qu’ils puissent convoiter les engagements et les plans d’actions nationaux budgétisés, les plans nationaux de développement sanitaire et tout autre plan stratégique au niveau pays. L’idéal pour elle serait que ces engagements puissent s’emboiter le plus possible avec ces programmes et plans qui sont élaborés au niveau pays.

Elle a exprimé une volonté de la part des parties prenantes, particulièrement de la part des gouvernements des 9 pays du PO de pouvoir montrer leur volonté de faire partie du processus mais de s’engager à ce qu’ils puissent augmenter par exemple les taux de prévalence contraceptive, l’impact que les programmes ont sur la santé des mères et des enfants, et l’impact sur la santé reproductive des jeunes filles, des jeunes femmes et des jeunes hommes en âge de procréer. Pour que ces engagements puissent être effectifs, il faut, explique-t-elle, qu’ils puissent viser un objectif commun et mis en œuvre une fois pris. Ce qui ramène à l’intervention de l’outil du motion tracker qui va permettre à la société civile de pouvoir faire un suivi de ces engagements et de leur mise en œuvre. Elle a expliqué que cela s’est fait dans les trois premiers pays du PO que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo. Ce sont les pays pilotes mais, depuis 2 mois, ils ont démarré la mise à l’échelle au niveau des 6 autres pays et voudraient qu’au sortir des ateliers de déconstruction et d’analyse des anciens engagements, qu’ils puissent reverser ces conclusions dans l’analyse des nouveaux engagements. Dans la mesure du possible, si d’autres pays francophones et anglophones de FP2030 sont intéressés par ce processus d’analyse, l’UCPO est disposé à avoir cet accompagnement là pour les nouveaux engagements pour la période 2020-2030.

Table ronde

Regarder maintenant : 50:27 – 1:21:00

Amelia Clark, Officier, Afrique anglophone a animé une discussion avec des panélistes de pays gouvernementaux et non gouvernementaux, qui a fourni des informations pour éclairer le processus d’engagement. Les conférenciers invités étaient:

  • Madame Fatou Diop, point focal jeunes et FP2030 pour le Sénégal, Alliance Nationale des Jeunes pour la Santé de la Reproduction et la Planification Familiale (ANJ)
  • Dr. Ben Moulaye Idriss, point focal du gouvernement pour FP2030 et le PO au Mali, Conseiller Technique, Chargé de la SRPF/MS, ministère de la Santé et des Affaires Sociales
  • Monsieur Soumaila Moro, Coordinateur Pays, Coalition OSC / PF, Mali
  • Vololoniaina Rasoanandrasana, Chargée de gestion de la chaîne d’approvisionnement des contraceptifs, ministère de la Santé Publique, Madagascar, et
  • Célestin Compaoré, Directeur régional du projet DMPA-SC, Jhpiego.

Voici un résumé des questions et réponses (notez qu’il ne s’agit pas de transcriptions réelles).

Question pour le Dr Vololoniaina: Pouvez-vous nous parler de l'élaboration de la feuille de route globale de Madagascar et de ses principales étapes ? Comment avez-vous procédé et quelles ont été vos principales découvertes ?

Dr Vololoniaina: A Madagascar, on a validé la feuille de route du processus d’engagement lors de la réunion du comité national PF en janvier dernier et différentes étapes ont été identifiées. La première étape franchie, c’est la restitution de plaidoyer auprès de Mme le secrétaire général du ministère de la Santé et c’était au mois de février dernier. L’objectif de ce plaidoyer était de l’avoir comme allié pour la suite du processus, surtout auprès du ministère de la Santé Publique.

Deuxième étape franchie : élaboration des draft et différents documents et de propositions d’engagements, notamment les notes conceptuelles pour la table ronde afin d’obtenir l’engagement de haut niveau pour la PF et aussi le draft de l’engagement pour 2021-2025. Actuellement, on est en train de redéfinir nos objectifs pour l’horizon de 2030 et on a élaboré aussi des documents de plaidoyer ainsi que la communication verbale pour les présentations de la table ronde au conseil du gouvernement. Nous sommes en attente de l’audience auprès du ministère de la Santé Publique qui est vraiment préoccupé par la gestion de la pandémie de Covid 19, qui est aussi notre priorité dans le pays. On comte faire la signature de l’engagement, c’est-à-dire la tenue de la table ronde, au mois de septembre, lors de la célébration de la journée mondiale de la contraception si la situation de Covid-19 nous le permet. La table ronde aurait dû être tenue au mois d’avril mais, vu la situation, on ne peut rien faire.

Question pour Mme Fatou Diop. : Comment se déroule l'implication des jeunes dans le processus des engagements du Sénégal ? Y a-t-il des leçons apprises jusqu'à présent que vous aimeriez partager avec les autres ?

Mme Fatou Diop: Mon organisation a bénéficié du soutien de PRB pour pouvoir assurer l’implication des jeunes dans ce processus de réengagement pour FP2030. Notre implication, nous l’avons divisée en deux parties. La première partie, c’est que les jeunes puissent formuler leurs propres engagements et que dans la deuxième partie, les jeunes puissent proposer concrètement au gouvernement un certain nombre de points sur lesquels il va s’engager en faveur des jeunes. Nous nous sommes dit que depuis très longtemps, les jeunes formulent le désir d’être impliqués un peu plus dans ces processus-là. Pour vraiment marquer le coup, nous pensons qu’il faut que les jeunes puissent s’engager cette fois ci pour l’horizon 2030. Nous sommes toujours dans le processus avec PRB. Le travail n’a pas encore officiellement commencé et ce que nous sommes en train de faire va beaucoup nous aider une fois que le travail commencera. Ce cadre des jeunes a été mis en place grâce à l’appui de l’UCPO. Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays du Partenariat de Ouagadougou et même dans le monde, les jeunes étaient plus dans l’opérationnel, dans la mise en œuvre des programmes. Nous voulons aujourd’hui amener les jeunes à être dans le stratégique, dans la rédaction de documents d’engagements. Ce cadre nous a déjà permis d’intéresser les jeunes aux thématiques de planification familiale et surtout, les informer des engagements que le Sénégal avait pris au sommet de Londres. Ils ont reçu ces informations sur lesquelles ils ont beaucoup travaillé et aujourd’hui, les jeunes du Sénégal sont prêts à formuler de nouveaux engagements.

Je veux aussi dire aux jeunes d’être à l’affût d’informations, nous l’ANJ, c’est ce qui nous a beaucoup aidé. Si on pose les bonnes questions, on a l’information et pouvons ainsi nous engager en faveur d’une meilleure santé des populations.

Question pour Dr Ben Moulaye Idriss : Dans quelle mesure l'approche du gouvernement Malien a-t-elle été inclusive tout au long du processus d'engagement ? Plus précisément, pouvez-vous nous en dire plus sur certains acteurs clés avec lesquels il vous a semblé particulièrement important de vous engager cette fois-ci ?

Dr Ben: Par rapport au Mali, la réunion du Partenariat de Ouagadougou en mars 2020 a été déclencheur de la redynamisation dans nos comités pour aller au réengagement. Suite, nous sommes tombés dans Covid et c’est ce qui a fait qu’on a un peu trainé le pas jusqu’en novembre où on a réactivé le comité technique en charge de l’élaboration du PANB. Nous nous sommes penchés sur les termes de référence et la feuille de route et, sommes allés auprès du groupe multisectoriel PF qui est aussi un groupe existant, travaillant sur le suivi, l’évaluation de tout ce qui est objectif du PANB. Au niveau de ce groupe, on a commencé par restituer la réunion du PO de mars, présenter notre engagement sur une feuille de route ainsi que les termes de références pour aussi le réengagement du Mali. Ce groupe a adopté la première feuille de route et le comité est en train de travailler sur l’organisation des ateliers inclusifs.

  • Un premier atelier de la société civile et des partenaires en matière de la planification familiale,
  • Un deuxième atelier avec tous les secteurs et parties prenantes gouvernementaux qui sont impliqués dans la planification familiale dont le ministère des Finances et nous avons fait aussi un atelier de mise en commun où les termes de références ainsi que des documents référentiels ont été partagés. A l’issue du premier atelier avec la société civile, il y a eu un draft d’engagements.
  • Un atelier gouvernemental avec les ministères de la Population, de la Jeunesse, des Finances, de la Santé, de la Femme, les cellules de planification et de statistiques et ils ont fait le même exercice de revue des engagements précédents et ont élaboré un draft.
  • Un atelier de mise en commun des différents drafts produits lors des ateliers et, où toutes les parties prenantes étaient présentes. Il y a eu ensuite les intersessions qui sont les comités techniques qui se réunissent après chaque atelier pour faire le revue du document produit au cours de l’atelier 1, 2 et 3. Le brouillon 1 qui a été produit sur cette base a été partagé à tous les partenaires, notamment FP2030, et PO, l’USAID.

Prochaines étapes :

  • Réunions des comités techniques.
  • Processus de validation du draft 1 avec une première réunion de validation au niveau de la réunion du cabinet élargi du ministère de la Santé et le deuxième niveau, c’est avec le groupe multisectoriel de la planification familiale.
  • Tournant définitif qui est la validation gouvernementale.

Nous attendons les financements de nos partenaires qui doivent nous appuyer, ce qui est un peu en retard. Nous avons discuté avec UNFPA et MSI qui avaient financé le premier processus et nous attendons leur réaction pour finaliser.

Question à M. Soumaila Moro: Pouvez-vous partager votre point de vue en tant que représentant de la société civile ? Plus précisément, comment pensez-vous que ce processus inclusif contribuera à renforcer la redevabilité dans le cadre du nouvel engagement ?

M. Soumaila Moro: Les coalitions des 9 pays du PO ont été créées suite aux engagements par rapport au PO. Donc, le rôle même des coalitions est de veiller à l’application de ces engagements mais c’est aussi d’appuyer les pays à leur élaboration et leur mise en œuvre. Par rapport au Mali, il s’agissait pour la société civile d’identifier d’abord les engagements, par rapport au FP2030, CIPD + 25 et PO, de voir ce qui a été fait et qu’est ce qui n’a pas été fait. A partir de là, c’est de voir s’il y a des engagements qui sont d’actualité, d’autres qui doivent être élaborés. Nous avons proposé de nouveaux engagements.

Dans notre rôle de veille, nous faisons le plaidoyer et appuyons l’Etat à la diffusion des engagements.

L’implication du ministère de l’Economie est une bonne pratique car, le Mali prenait des engagements et le ministère des Finances ne savait même pas que le Mali a pris ces engagements par rapport à la planification familiale.

Un autre point positif, c’est l’engagement par rapport à la mobilisation des ressources domestiques. Les ressources domestiques sont les ressources de l’Etat mais, c’est aussi les ressources qui émanent du secteur privé. C’est un engagement qu’on a pris et dans la mise en œuvre, on va voir quelle stratégie adopter. Dans le processus, ce qui a été une bonne pratique, c’est d’avoir des engagements SMART. En tant qu’acteurs de la société civile, on avait des difficultés claires pour avoir des indicateurs de suivi des engagements.

Pour conclure, je peux vous dire qu’au Mali, la société civile est vraiment impliquée, notamment le réseau des jeunes ambassadeurs du Mali. Suite, nous pensons tout de même que l’on doit avoir un cadre de redevabilité très large. En plus de cela, il va falloir que nous nous attelions à faire connaître les engagements que nous avons à toutes les organisations de la société civile du Mali.

Question pour M. Célestin Compaoré : Quel est, selon vous, le principal avantage pour votre organisation de prendre un engagement non gouvernemental dans le cadre du partenariat FP2030 ? Quels autres rôles envisagez-vous que JHPIEGO jouera dans le processus d’engagement du FP2030 ?

M. Célestin Compaoré: JHPIEGO a pris l’engagement depuis 2012 d’investir ses propres fonds dans la planification familiale, notamment sur la planification familiale du post partum au niveau mondial et spécifiquement dans un pays comme le Burkina Faso. Aujourd’hui, cette question de la PF post partum a été bien valorisée et même prise en compte dans le PANPF du Burkina Faso. Dans ce processus de réengagement des pays à FP2030, JHPIEGO fait partie des organisations de l’écosystème qui soutiennent FP2030, notamment à travers les organisations de jeunes dans les pays. JHPIEGO a pris l’engagement par exemple dans 4 paie (Aller, Ghana, Sierra Léone, Côte d’Ivoire) de soutenir des organisations de jeunes, notamment sur le plan technique, assurer qu’elles disposent des ressources nécessaires pour participer à tout le processus de réengagement des pays. On n’est pas seulement là pour demander aux gouvernements de s’engager mais, en tant qu’organisation, on peut aussi s’engager, tenir compte de ces engagements et travailler aussi pour le respect en termes de redevabilité de la mise en œuvre de ces engagements. Dans ces pays, nous travaillons en synergie, assurons la participation de la société civile et des jeunes pour qu’on puisse prendre en compte leurs besoins dans ces nouveaux engagements car, on sait qu’ils sont prioritaires dans les pays en termes d’accès à la santé sexuelle et reproductive.

Questions des participants

Katie Wallner a posé des questions au personnel de FP2030 ainsi qu’aux participants au panel. Voici un résumé des questions et réponses (notez qu’il ne s’agit pas de transcriptions réelles).

Regarder maintenant : 1:21:00 – 1:30:00

Quand notre engagement doit-il être élaboré et lancé ? Y a-t-il une date limite ?

Guillaume Debar, Consultant FP2030: Il n’y a pas de date limite pour développer et lancer des engagements. Les engagements FP2030 ont été acceptés à partir de fin janvier 2021. Les engagements seront annoncés dans le pays. Les partenaires non étatiques sont encouragés à explorer les opportunités d’annoncer leurs engagements parallèlement aux engagements gouvernementaux.

Comment le processus d’élaboration et d’adoption des engagements a-t-il été conduit pour que le ministère des Finances ne soit pas informé au Mali ? Est-il lié aux changements politiques ou est-ce un problème structurel ?

Dr Ben Moulaye Idriss: Le leadership du ministère de la Santé est très important dans le processus de réengagement car, c’est le ministère de la Santé qui pourra mobiliser les autres secteurs. Et dès le départ, dans nos termes de références, nous avons bel et bien impliqué le ministère des Finances et nous avons dit qu’il est doit être là dans tout le processus. Une bonne partie des engagements que nous prenons implique le ministère des Finances en termes de mise en œuvre.

Comment JHPIEGO travaille avec les jeunes pour leur implication effective dans le processus de réengagement surtout en Côte d’Ivoire ? Est-ce que JHPIEGO y a travaillé avec le point focal jeunes de FP2030 ?

M. Célestin Compaoré: Nous travaillons avec le point focal jeunes et la coalition SR/PF de la Côte d’Ivoire qui regroupe l’ensemble des organisations qui travaille sur les questions de SR/PF et notamment aussi avec les jeunes ambassadeurs. Nous avons développé ensemble les termes de référence de comment JHPIEGO appuyer techniquement la participation des jeunes et nous sommes en train de travailler à la validation de ces termes de références. Il faut dire aussi que nous sommes au début du processus et nous avançons ensemble. Bientôt, nous allons avoir des ateliers de renforcement des capacités, de ateliers de validation de la stratégie commune entre les organisations de jeunes et JHPIEGO pour mieux orienter notre appui technique dans ce processus.

Quel est le processus pour recevoir les commentaires de FP2030 sur notre draft d’engagements ?

Mme Amélia Clark: Le processus de feed-back le plus important se déroulera dans votre pays avec une large consultation des parties prenantes mais, vous pouvez également partager un brouillon d’engagements avec FP2030 et nous, nous consulterons les partenaires techniques et financiers ainsi que les collègues à FP2030 au niveau régional et mondial pour vous fournir des commentaires sur votre document. Ce que nous ferons très rapidement, dans un délai de trois semaines.

Illustration tirée des diapositives du webinaire «Une introduction aux engagements FP2030». Crédit d'image: Gracieuseté de Yagazie Emezi / Getty Images / Images of Empowerment. Certains droits réservés. (CC BY-NC 4.0)
Aïssatou Thioye

Chargée de la gestion des connaissances et des partenariats en Afrique de l'Ouest, SUCCÈS DES CONNAISSANCES, FHI 360

Aïssatou Thioye est dans la division de l'utilisation de la recherche, au sein du GHPN de FHI360 et travaille pour le projet Knowledge SUCCESS en tant que Responsable de la Gestion des Connaissances et du Partenariat pour l’Afrique de l’Ouest. Dans son rôle, elle appuie le renforcement de la gestion des connaissances dans la région, l’établissement des priorités et la conception de stratégies de gestion des connaissances aux groupes de travail techniques et partenaires de la PF/SR en Afrique de l’Ouest. Elle assure également la liaison avec les partenaires et les réseaux régionaux. Par rapport à son expérience, Aïssatou a travaillé pendant plus de 10 ans comme journaliste presse, rédactrice-consultante pendant deux ans, avant de rejoindre JSI où elle a travaillé dans deux projets d’Agriculture et de Nutrition, successivement comme mass-media officer puis spécialiste de la Gestion des Connaissances.******Aïssatou Thioye is in the Research Utilization Division of the GHPN of FHI 360 et travaille pour le projet Knowledge SUCCESS en tant que responsable de la gestion des connaissances et des partenariats pour l'Afrique de l'Ouest. Dans son rôle, elle soutient le renforcement de la gestion des connaissances dans la région, définition des priorités et conception de stratégies de gestion des connaissances au sein des groupes de travail techniques et partenaires PF / SR en Afrique de l'Ouest. Elle assure également la liaison avec les partenaires et réseaux régionaux. Par rapport à son expérience, Aïssatou a travaillé plus de 10 ans en tant que journaliste de presse, puis en tant que rédacteur-consultant pendant deux ans, avant de rejoindre JSI où elle a travaillé sur deux projets Agriculture et Nutrition, successivement en tant que responsable des médias de masse puis en tant que spécialiste de la gestion des connaissances.

Sarah V. Harlan

Chef d'équipe des partenariats, SUCCÈS DES CONNAISSANCES, Centre Johns Hopkins pour les programmes de communication

Sarah V. Harlan, MPH, est un champion de la santé reproductive mondiale et de la planification familiale depuis près de deux décennies. Elle est actuellement responsable de l'équipe des partenariats pour le projet Knowledge SUCCESS au Johns Hopkins Center for Communication Programs. Ses intérêts techniques particuliers incluent la population, Santé, et environnement (PHE) et améliorer l'accès aux méthodes contraceptives à action prolongée. Elle est co-fondatrice de l'initiative de narration Family Planning Voices (2015-2020) et co-auteur de plusieurs guides pratiques, y compris Bâtir de meilleurs programmes: Un guide étape par étape sur l'utilisation de la gestion des connaissances en santé mondiale.

Histoires liées

1K vue
Partage via
Copier le lien
Alimenté par Snap social